(Minghui.org) Un certain nombre de compagnons de cultivation de notre région sont décédés récemment et nous sommes tous plutôt bouleversés. En même temps, j’ai le sentiment que nous devons tirer des leçons positives de ces incidents, apporter un éclairage sur la base du Fa afin de pouvoir faire encore mieux.

J’aimerais partager certaines de mes compréhensions et de mes expériences de cultivation, qui incluent également des réflexions issues de groupe de partages et de discussions avec d’autres pratiquants. Ce que je partage ici est ma compréhension limitée par mon niveau actuel de cultivation. Veuillez par bonté me signaler tout élément inapproprié.

Accomplir nos vœux

Le Maître a publié un nouvel article intitulé « Réveillez-vous ». Ma compréhension est que notre cultivation est arrivée à un stade extrêmement sérieux, en même temps que la rectification de Fa avance, les personnes mauvaises sont éliminées tandis que les disciples de Dafa sont mis à l’épreuve. Tout le monde est testé selon des exigences diverses.

Pour les disciples de Dafa, l’une des exigences est de voir si nous avons respecté les vœux que nous avons signés avec nos vies lorsque nous sommes descendus dans ce monde. Plus précisément, elle nous interroge sur la façon dont nous aidons le Maître à sauver les êtres, si nos cœurs sont focalisés sur le salut des gens, si notre temps est consacré à sauver les gens et si notre conduite est basée sur le sauvetage des gens.

La mission des disciples de Dafa de la période de la rectification de Fa est de sauver les êtres. Cependant, puisque nous vivons parmi les gens ordinaires, avec un corps humain et les pensées des gens ordinaires, nous pouvons aussi être conduits ou contaminés par la société des gens ordinaires, et nous pouvons nous relâcher dans la cultivation et ainsi, minimiser notre sens de la mission et de la responsabilité. Par conséquent, il est de la plus haute importance que nous redressions la relation entre notre travail, notre vie parmi les gens ordinaires et notre mission de sauver les êtres.

Le Maître a dit dans le Zhuan Falun :

« D’autres disent : “Ma venue dans la société des gens ordinaires est comme un séjour à l’hôtel, j’y passe quelques jours, puis je me hâte de repartir.” Mais certaines personnes s’accrochent trop à cet endroit et oublient leur propre foyer. » (Neuvième Leçon, Zhuan Falun)

Nous ne devons pas seulement rentrer chez nous,nous devons emmener avec nous tous les êtres qui ont été sauvés. Cette mission est énorme et extrêmement difficile, et ce n’est qu’en s’appliquant à bien étudier le Fa et bien faire les exercices, et en émettant la pensée droite que nous pourrons nous libérer des interférences de la société ordinaire.

Il est également très important que nous gardions un bon équilibre entre la cultivation personnelle, la rectification de Fa, entre la vie, le travail parmi les gens ordinaires et le sauvetage des gens. Nous devons aider le Maître dans la rectification de Fa et accomplir nos vœux tout en nous élevant constamment avec la diligence requise.

Ma compréhension de « se faire vacciner »

Le Maître a expliqué le principe du Fa sur le « karma de maladie », et nous savons tous que les pratiquants n’ont pas besoin d’injections ou de médicaments. En tant que pratiquants de longue date, nous comprenons très bien ce principe. Cependant, sur la question de savoir « si nous devons nous faire vacciner », il faut une compréhension plus approfondie.

Si notre compréhension est basée sur des préoccupations telles que la question de savoir si le vaccin peut nuire à notre corps et si se faire vacciner est la même chose que se faire faire des injections, prendre des médicaments et recevoir un traitement, cette compréhension est plutôt partielle et superficielle.

Au début, j’ai également pensé à ces principes du Fa, en pensant qu’un pratiquant n’a pas besoin d’un vaccin parce que son corps a été purifié et ne devrait pas être contaminé par des choses comme les vaccins. Cependant, c’est la compréhension d’un pratiquant au stade élémentaire.

Puis j’ai pensé : « Nous ne nous faisons pas vacciner parce que nous nous sentons mal et que nous avons besoin d’être soignés par une injection ou un médicament. » La vaccination est devenue un phénomène social, une sorte d’échappatoire que les gens recherchent dans une société qui se referme constamment. Bien qu’il s’agisse d’un mauvais remède, c’est maintenant une action mandatée par le gouvernement et une norme sociale, un reflet des changements cosmiques dans la société humaine.

Le Maître nous a également dit que nous n’avons aucune obligation de changer la société. En tant que disciples de Dafa, notre priorité absolue devrait être de trouver comment sauver les êtres au moment d’un tel phénomène cosmique.

Par exemple, de nombreux théâtres exigent désormais que les artistes et le personnel de Shen Yun soient entièrement vaccinés. Devons-nous renoncer à sauver les êtres en refusant de nous faire vacciner ? Allons-nous nous accrocher à la purification de notre corps ou nous sacrifier pour sauver les gens ?

Tout le monde est confronté à de telles épreuves. Si nous fondons nos points de vue sur nous-mêmes et plaçons la purification de notre corps au-dessus de tout, la décision serait alors de ne pas se faire vacciner. Si nous nous basons sur le fait de sauver les êtres, alors nous nous ferons vacciner lorsque cela sera nécessaire, même si cela peut entraîner un certain inconfort physique. Nous nous faisons vacciner parce que c’est une action que nous devons entreprendre afin de pouvoir sauver les êtres.

Le fait est que, même si nous recevons cette injection, cela n’affectera en rien notre corps, car le gong dans notre corps élimine toute bactérie ou tout virus de la société des gens ordinaires, sans parler de la protection du Maître. Parce que nous n’avons pas recherché ces virus et ces mauvaises substances en premier lieu, ils ne peuvent avoir aucun effet sur nous.

D’un autre point de vue, le nouvel univers exige « l’altruisme » comme critère, et les disciples de Dafa doivent : « arriver en se cultivant à l’éveil complet sans égoïsme ni ego, autrui d’abord et soi ensuite. » (« La nature de Bouddha sans écoulement », Points essentiels pour avancer avec diligence) Même dans les voies mineures de cultivation du passé, il y avait l’histoire du Bouddha Milarepa qui a bu du lait empoisonné afin de sauver l’arrogant Guéshé Tsakpuhwa, que penser de ceux d’entre nous qui cultivent dans Dafa. Si nous renonçons ou restreignons le sauvetage des êtres par peur d’être nous-mêmes contaminés, ne serait-ce pas comme mettre la charrue avant les bœufs ?

Il est clair que la caractéristique de l’« ego » et de l’« égoïsme » de l’ancien univers se retrouve à des niveaux très élevés. Le Maître nous a enseigné le principe : « L’abandon dans le Ren, et l’abandon complet constitue un principe encore plus élevé de la Loi sans écoulement (Wu Lou). » (« L’harmonie parfaite », Points essentiels pour avancer avec diligence) C’est une exigence des disciples de Dafa.

Voir à travers le faux « karma de maladie » et annuler tous les arrangements des forces anciennes

Lorsque des tribulations et l’élimination du karma ont lieu, notre première pensée doit être selon le Fa et nous devons nous efforcer de nous rectifier dans le Fa. Par exemple, lorsque nous faisons l’expérience de tribulations physiques, notre première pensée est-elle de les voir comme une bonne ou une mauvaise chose ?

Le Maître nous l’a dit depuis longtemps :

« Les choses que vous rencontrez au cours de votre cultivation et pratique ‒quelles soient bonnes ou mauvaises ‒sont toujours de bonnes choses, car cela apparaît uniquement parce que vous êtes en train de cultiver et pratiquer. » (« À la Conférence de Loi à Chicago », Points essentiels pour avancer avec diligence III)

La phrase ci-dessus semble simple, pourtant il y a beaucoup à comprendre. Si nous pouvons traiter une épreuve physique comme une bonne chose et la prendre calmement, alors elle ne nous aidera pas seulement à éliminer le karma, mais nous offrira aussi une occasion de découvrir où nous avons échoué dans la cultivation du xinxing et dans la compréhension des principes du Fa, et nous permettra de nous rectifier en conséquence. Si nous agissons avec la pensée droite, nous serons en mesure de surmonter facilement cette épreuve parce que nous avons satisfait aux exigences de la cultivation.

Mais si notre première pensée lorsque nous rencontrons une épreuve physique est que c’est une mauvaise chose, nous la rejetterons instinctivement et pourrions devenir anxieux et craintifs ou nous efforcer de nous débarrasser du « karma de maladie » ou endurer passivement les tribulations et, en conséquence, développer davantage d’attachements. Alors, si les tribulations empirent, nous pourrions avoir moins de pensée droite, sans parler d’actions droites. En conséquence, l’épreuve durera probablement longtemps. Même si l’on nous donne l’occasion de nous élever, si nous ne pouvons pas répondre aux exigences, les tribulations deviendront probablement plus redoutables avec le temps.

En fait, le processus d’élimination du karma est véritablement destiné à l’élévation de notre éveil. Les véritables pratiquants n’ont pas de maladies, mais nous faisons l’expérience de l’élimination du karma et pouvons ressentir un inconfort et avoir des symptômes physiologiques.

Si l’esprit d’une personne associe subjectivement la gêne physique à des symptômes reconnus par la science médicale dans la société des gens ordinaires et accepte ce lien, alors elle est déjà tombée dans le piège de la fausse apparence de maladie.

Plus on a de la difficulté à s’éveiller sur la véritable image, plus l’épreuve est grande et plus les tribulations durent longtemps. C’est pourquoi certaines personnes ont beaucoup de mal à se débarrasser de leur « karma de maladie », car leur mauvaise compréhension a transformé l’élimination du karma en « karma de maladie », qui est ensuite devenu « maladie ». Elles se sont infligé cela à elles-mêmes. Si l’on ne peut pas passer l’épreuve, on s’attire des ennuis.

Certains pratiquants ont choisi de se renfermer sur eux-mêmes lorsqu’ils ont fait l’expérience de l’élimination du karma. Ils ont fermé la porte et se sont concentrés sur l’élimination du karma à la maison comme priorité absolue, pensant qu’ils feront le travail de Dafa après avoir surmonté l’élimination du karma. Cependant, plus ils se comportent ainsi, plus il leur faut de temps pour éliminer leur karma et plus leurs tribulations sont graves. Au bout d’un certain temps, ils ont développé l’attachement à « se remettre de leur maladie » à la maison.

Il y a également des pratiquants qui ont essayé de dissimuler leur état physique aux autres lorsqu’ils ont traversé la fausse apparence du « karma de maladie », de peur d’être méprisés. Ils ont cessé de participer à l’étude collective du Fa et aux exercices collectifs, en se disant : « Je partagerai avec les autres après m’en être sorti, car il n’y a rien à partager tant que je ne m’en suis pas remis. »

D’après ce que je comprends, les forces anciennes tentent de nous éloigner de notre communauté de cultivation et de l’environnement dans lequel nous pouvons progresser ensemble. Elles essaient d’isoler les pratiquants qui vivent des tribulations de « karma de maladie » et d’intensifier la persécution jusqu’à ce qu’elles parviennent à leur ôter la vie.

Il est facile de tomber dans la mentalité spéculative des gens ordinaires lorsqu’ils font l’expérience d’une épreuve de « karma de maladie », un peu comme « tout essayer pour trouver un remède ». Par exemple, ils peuvent penser : « Je fais l’expérience de ce “karma de maladie”. Peut-être n’ai-je pas assez fait les exercices. » Alors ils font plus d’exercices, mais quand ils ne s’améliorent pas, ils pensent : « Peut-être que je n’ai pas assez étudié le Fa. » Alors ils étudient davantage le Fa, mais leur état ne change pas. Ils pensent alors : « Peut-être que je n’ai pas assez émis la pensée droite. » Ils émettent donc la pensée droite plus souvent et plus intensément, mais leur « karma de maladie » demeure.

Ils essaient d’éliminer le « karma de maladie » pour le plaisir de s’en débarrasser, et la façon dont ils le font est un attachement en soi. Ils sont trompés par la fausse apparence du « karma de maladie » et ne voient pas l’essence de la cultivation derrière la fausse apparence sur la base du Fa. Ils s’accrochent à l’état d’esprit « spéculatif » des gens ordinaires, espérant qu’ils pourront se débarrasser du « karma de maladie » en essayant différentes méthodes.

En fait, le faux « karma de maladie » sert de moyen d’éliminer notre karma et de purifier notre corps. C’est à nous de comprendre le principe du Fa et d’élever notre xinxing. Si nous pouvons nous éveiller au principe du Fa sur le « karma de maladie », nous n’aurons aucune crainte à son sujet et ne serons pas gênés par ces fausses apparences. Au contraire, nous serons capables de les affronter plutôt que de les subir passivement.

Les pratiquants qui font l’expérience du « karma de maladie » ne doivent pas craindre la communauté des pratiquants. Restez en contact avec les autres pratiquants et partagez ouvertement avec eux, afin que nous puissions tous nous améliorer et nous élever grâce au partage en groupe.

Dans le même temps, les pratiquants locaux devraient aider les autres pratiquants qui traversent des tribulations en émettant ensemble la pensée droite pour les aider à éliminer les facteurs maléfiques dans leurs champs dimensionnels et renforcer leur pensée droite, afin que nous puissions nous en sortir ensemble comme un seul corps.

Une vie prolongée peut être en danger si elle n’est pas consacrée à sauver des êtres

Si une personne a une pensée erronée, pensant que sa vie prolongée consiste à profiter de la société au quotidien au lieu de sauver les êtres avec toute la diligence requise, alors cette vie sera en danger.

Certains pratiquants ont connu une longue période de tribulations physiques, puis se sont rendus à l’hôpital pour subir une opération chirurgicale afin de faire enlever des tumeurs, un cancer ou des organes. Ils ont sauvé leur vie en se faisant soigner régulièrement et ont commencé à vivre comme des gens ordinaires. Ils se sont relâchés dans la cultivation et le sauvetage des êtres, et même s’ils ont vécu quelques années de plus, ils sont morts à la fin à cause de maladies aggravées.

Le Maître nous l’a dit :

« Mais il y a un problème, toute vie prolongée doit être consacrée à cent pour cent au xiulian, elle n’est pas donnée pour vivre comme les gens ordinaires. Alors, ne sachant pas que leur vie a été prolongée, certains ne peuvent se maîtriser et ne peuvent agir complètement comme des pratiquants de gong, ils sont alors exposés à tout moment au danger de mort, voilà le problème qui se pose aux gens très âgés. » (Enseignement du Fa au Fahui de Sydney)

D’après ce que j’ai compris, au stade de la cultivation personnelle, une vie prolongée doit se concentrer à cent pour cent sur la cultivation, tandis qu’au stade de la rectification de Fa, on doit aussi consacrer pleinement sa vie à sauver les êtres. Si l’on ne peut pas s’engager pleinement à aider le Maître à sauver les gens et à accomplir ses vœux, alors la vie prolongée n’a aucun sens. Les gens ordinaires suivent le chemin inévitable de « la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort », alors que le sens de la vie des disciples de Dafa dans la période de la rectification de Fa est de sauver les êtres.

Être une véritable disciple de Dafa et se défaire des attachements fondamentaux

Cela fait vingt et un ans que le Maître a publié l’article « Aller vers la plénitude parfaite ». Nous sommes maintenant dans une étape de transition vers la rectification de Fa du monde humain et aussi dans la dernière étape des disciples de Dafa marchant vers la plénitude parfaite. Nous devons vraiment regarder de plus près nos attachements fondamentaux et voir si nous les avons effectivement lâchés. Ce n’est certainement pas le cas si vous êtes un pratiquant de longue date et que vous avez cultivé pendant longtemps, vos attachements fondamentaux auront tous disparu.

Je me souviens encore de la stupéfaction que j’ai ressentie lorsque j’ai lu pour la première fois l’article du Maître « Aller vers la plénitude parfaite », il y a quinze ans à Boston.

C’est mon mari qui m’a fait découvrir Dafa. Lorsque j’ai lu le livre Zhuan Falun, j’ai pensé que c’était un très bon livre, mais je n’étais pas encore prête à cultiver. Mon mari et moi avions une très bonne relation et, en fait, j’avais un attachement plus émotionnel pour lui.

Mon mari a été très assidu dans la cultivation après avoir obtenu le Fa. En dehors de ses obligations professionnelles, il passait presque tout son temps libre à étudier le Fa, à faire les exercices et à diffuser le Fa. Il n’avait pratiquement plus de temps pour moi.

Je venais d’arriver aux États-Unis à l’époque et je n’étais pas familière avec ce nouvel environnement. Je me sentais plutôt mal à l’aise et angoissée par le changement dans notre vie familiale. Bien que je me sois disputée avec mon mari à plusieurs reprises, lorsque j’ai vu sa détermination inébranlable à cultiver Dafa et qu’il n’y avait aucun moyen de le changer, j’ai cédé. Je me suis dit que j’allais me changer moi-même et étudier le Fa avec lui, car ce n’est qu’ainsi que nous pourrions faire des choses ensemble et que j’aurais plus de temps avec lui.

Ainsi, avec un fort attachement aux « sentiments » des gens ordinaires, j’ai commencé à cultiver Dafa.

Après avoir lu l’article du Maître, j’ai réalisé que mon attachement fondamental était la « sentimentalité humaine » et que j’ai commencé à cultiver parce que je ne pouvais pas me défaire de mon attachement émotionnel à mon mari. Même si j’ai réalisé cet attachement fondamental, il m’a fallu des années pour m’en défaire.

J’attachais une grande importance à la relation d’amour entre le mari et la femme et je l’estimais bien plus que les liens qui nous unissaient en tant que compagnon de cultivation. Je pensais que c’était une bonne chose d’avoir une relation d’amour et j’aimais vraiment cela, j’avais du mal à m’en défaire. Pendant des années, je n’ai pas réussi à me défaire de cet attachement fondamental dans ma cultivation. Même si j’étudiais le Fa, que je m’engageais dans des activités visant à valider le Fa et que parfois j’avais même l’impression de faire plutôt bien avec une certaine diligence, je ne parvenais pas à me défaire de cette « sentimentalité » au plus profond de mon cœur. En fait, je ne voulais même pas m’en défaire.

Le Maître m’a laissé des indications par l’intermédiaire d’autres pratiquants, mais je n’y ai pas prêté attention et j’ai conservé cet attachement sentimental à mon mari, même après son décès.

J’étais en état de choc lorsque mon mari est décédé, mais cela m’a aussi aidée à me réveiller de mon état d’esprit confus. J’ai commencé à me réexaminer et à traiter plus sérieusement ce qui se passait autour de moi dans la cultivation.

J’ai regardé profondément à l’intérieur et j’ai déterré mon attachement fondamental, la pensée que j’ai commencé à cultiver Dafa avec un cœur plutôt impur. Est-ce à cause de cette mentalité de personnes ordinaires que je continue à cultiver Dafa ? Maintenant que mon mari est parti, dois-je continuer à cultiver ? Est-ce que je veux toujours cultiver maintenant que j’ai perdu la vie affectueuse avec mon mari ?

En étudiant davantage le Fa et en regardant profondément en moi-même, j’ai réalisé que la sentimentalité humaine, même si elle peut être considérée comme une bonne chose par les gens ordinaires, une fois que nous nous y attachons, elle peut sérieusement entraver notre cultivation. Les personnes qui cultivent dans la société des gens ordinaires ont des familles et travaillent comme les gens ordinaires. Nous devrions maintenir de telles normes, sans pour autant nous y attacher, car le but de notre venue dans le monde humain est d’aider le Maître à la rectification de Fa et de sauver les êtres. Ce n’est qu’en abandonnant tous les sentiments humains que nous pouvons développer la compassion à travers la cultivation. Si nous nous accrochons aux sentiments humains, alors nous ne sommes pas différents des gens ordinaires. Je ne me suis éveillée à cela qu’après le décès de mon mari.

En outre, même si j’ai compris où j’avais échoué, cela ne signifiait pas que je pouvais atteindre le niveau requis, et j’ai connu de nombreuses autres épreuves par la suite.

Peu de temps après le décès de mon mari, je faisais la promotion de la vente des billets pour Shen Yun dans un centre commercial. Chaque fois que je voyais des couples passer devant en se tenant la main, des souvenirs heureux de mon défunt mari refaisaient surface, et mon cœur était rempli d’émotions de nostalgie et de manque de lui. Mon attachement tenace n’était toujours pas nettoyé et il était toujours dans mon champ dimensionnel, donc je réagissais encore à de telles choses.

Chaque fois que ces pensées apparaissaient, je les rejetais et les analysais avec le principe du Fa, en me rappelant qu’elles ne provenaient pas de ma conscience principale, parce que celle-ci avait déjà compris qu’il s’agissait d’attachements dont il fallait se défaire. Je ne les reconnaissais pas, et je les acceptais encore moins. De telles pensées ne venaient pas de mon vrai moi, mais d’une interférence extérieure.

Dès que ces pensées sans droiture me venaient à l’esprit, je les niais immédiatement et je brisais les attachements avec les principes du Fa. Au fur et à mesure, de telles épreuves sont devenues de plus en plus rares, et mon cœur n’a plus jamais été ému lorsque des couples amoureux passaient devant moi. Les tentations n’étaient plus qu’une brise légère qui passait, sans bruit et sans trace. Je savais que je m’étais d’ores et déjà débarrassée de mon attachement fondamental aux sentiments et aux affections humaines.

Émettre la pensée droite pour éliminer tout le mal dans mon propre champ dimensionnel

Nous connaissons tous l’importance d’émettre la pensée droite. Le Maître a donné aux disciples de Dafa de la période de la rectification de Fa la capacité et le pouvoir d’éliminer le mal et de nous protéger. Si nous ne parvenons pas à le faire correctement, nous ne serons pas seulement interférés nous-mêmes, mais aussi les autres pratiquants. Nous pourrions même perdre notre vie à la suite de la persécution.

Dans Enseignement du Fa à la Conférence de Fa à la ville de Los Angeles 2006, lorsqu’un disciple a demandé au Maître comment nous pouvions vraiment nous améliorer dans l’émission de la pensée droite, le Maître a dit :

« Laissez-moi vous dire ceci : pour que les disciples de Dafa avancent vers la plénitude parfaite, il faut bien faire les trois choses, n’est-ce pas ? Et l’émission de la pensée droite est l’une de ces choses. Si c’est aussi important, pourquoi ne le faites-vous pas bien ?! Pourquoi le considérez-vous comme une simple chose et n’y accordez-vous pas d’importance ? Vous savez combien c’est important. En outre, si vous ne faites pas bien une des trois choses, que va-t-il se passer ? »

« Non seulement vous devez bien faire votre propre part, mais vous devez aussi aider les autres à le faire. » (Enseignement du Fa à la Conférence de Fa à la ville de Los Angeles)

J’avais habituellement pas mal de problèmes pour émettre la pensée droite. Un incident survenu il y a quelques semaines m’a frappé comme un sérieux coup de semonce.

Un compagnon de cultivation de notre région est décédé subitement. Quelqu’un m’a dit que ce pratiquant ne parvenait toujours pas à garder sa paume dressée lorsqu’il émettait la pensée droite, et même qu’il s’endormait.

J’ai réalisé la gravité de mes problèmes et j’étais déterminée à faire des progrès à cet égard. J’ai établi des règles pour moi-même : premièrement, être concentrée lorsque j’émets la pensée droite ; deuxièmement, essayer de ne manquer aucun des moments fixés pour émettre la pensée droite ; troisièmement, si j’en rate un, je dois le rattraper ; quatrièmement, émettre la pensée droite avec un esprit calme et clair ; cinquièmement, ne pas m’assoupir et toujours garder la paume de la main verticale.

Lorsque j’émets la pensée droite, j’essaie de garder mon corps et mes gestes de la main bien droits. Si des pensées non pertinentes se glissent dans mon esprit, je les repousse et les élimine, car rien ne doit interférer avec moi lorsque j’émets la pensée droite.

En moins de deux semaines, j’ai pu sentir une grande différence. Je sentais que mes champs dimensionnels à différents niveaux étaient nettoyés et qu’aucune interférence extérieure ne pouvait m’affecter. Je sentais que j’émettais vraiment moi-même la pensée droite et que j’étais vraiment responsable de moi-même.

Ce qui m’a encore plus surprise, c’est qu’après avoir réglé mes problèmes d’émission de la pensée droite j’ai commencé à connaître d’autres élévations. Par exemple, je trouve maintenant plus facile de garder un esprit calme lorsque je fais l’exercice de méditation, avec très peu de pensées distrayantes, et je ne me sens plus somnolente ; ma posture est également droite et je peux me sentir « aussi grande que le Ciel et incomparablement noble ».

Je ne me sens plus somnolente lorsque j’étudie le Fa, et je suis plus énergique et capable de me concentrer sur ce que je fais ; il semble aussi que j’ai fait une percée en jouant de la trompette ‒comme si j’avais saisi l’essentiel. Mon esprit est plus clair et j’ai l’impression de pouvoir obtenir deux fois plus de résultats avec deux fois moins d’efforts.

Toutes ces élévations sont venues naturellement de l’élimination de la perversité et du nettoyage de mes propres champs dimensionnels, sans les rechercher. J’ai vraiment fait l’expérience de ce que l’on entend par élévation holistique et mise à niveau holistique. C’est une expérience de cultivation si merveilleuse.

Le décès du compagnon de cultivation et ma propre expérience m’ont aidée à réaliser qu’il est si important d’éliminer la perversité. Si nous ne réussissons pas à émettre la pensée droite, nos propres champs dimensionnels abriteront de nombreux facteurs maléfiques cachés, qui peuvent interférer avec nous de temps en temps ; ils renforcent nos attachements, affaiblissent notre croyance dans le Fa, diminuent notre pensée droite, nous imposent un karma de maladie, et ainsi de suite.

Si nous prenons du retard dans l’émission de la pensée droite et que nous ne prêtons aucune attention à la question, nous nourrissons les facteurs maléfiques, et lorsqu’ils deviennent constamment plus forts, ils prennent progressivement le contrôle de notre esprit principal et les tribulations qu’ils ont créées nous détruisent.

Bien que nous montrions peu de différence sur le plan humain en émettant la pensée droite, l’impact dans d’autres dimensions peut être stupéfiant. Le processus de notre rectification dans les diverses dimensions est précisément le processus de notre assimilation au Fa.

J’ai également réalisé que le Maître s’est arrangé pour que j’aie ces expériences d’émission de la pensée droite, non seulement pour me permettre de voir mes propres élévations, mais aussi pour m’encourager à partager avec d’autres afin que nous puissions avancer diligemment ensemble dans la cultivation de Dafa.

Remarques finales

Je suis parvenue à comprendre que la cultivation progresse avec l’élimination du karma, les tribulations, l’endurance aux épreuves et le dépassement des épreuves, et que chaque expérience est une élévation holistique des niveaux et des royaumes. Rien n’est insignifiant dans la cultivation, et les « omissions » que nous avons dans notre cultivation seront testées en fin de compte lorsque nous marcherons vers la plénitude parfaite. Se cultiver signifie s’assimiler activement au Fa plutôt que d’être testé passivement.

La cultivation exige que nous soyons capables de laisser tomber la vie et la mort, mais certains d’entre nous peuvent laisser tomber la « mort », mais pas la « vie ». Ils trouvent que la vie est trop dure et ils ne veulent plus supporter la douleur et la misère qu’ils éprouvent en éliminant le karma grave, et certains choisissent de mourir. Certains ne peuvent pas se défaire de la « mort », et dès qu’ils font l’expérience d’un « karma de maladie », ils le traitent comme une maladie comme des gens ordinaires et ont peur de la mort. La cultivation est une affaire très sérieuse, nous devons être très prudents et la traiter avec toute la diligence requise. La cultivation, c’est comme naviguer à contre-courant : si nous n’allons pas de l’avant, nous reculons.

Si une personne ordinaire veut accomplir de grandes choses, elle doit faire des efforts minutieux et s’engager à vie. En tant que disciples de Dafa, nous visons à acquérir une toute nouvelle vie en tant que roi ou seigneur d’un monde dans le nouvel univers. Notre plénitude parfaite est plus qu’une simple cultivation personnelle, mais une grande plénitude d’ensemble : nous-mêmes avec les êtres sauvés.

Comment pouvons-nous accomplir une tâche aussi énorme avec une attitude superficielle en matière de cultivation ? Nous avons une mission qui mérite tous nos efforts et un engagement diligent. J’espère que nous tous, compagnons de cultivation, moi y compris, pourrons valider le principe du Fa avec un esprit clair et rationnel, nous cultiver solidement dans le Fa lorsque nous faisons face aux problèmes qui nous entourent, et bien marcher sur notre chemin de cultivation afin que nous puissions atteindre la grande plénitude parfaite que le Maître a arrangée pour nous.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais