(Minghui.org) Une habitante de la ville de Yantai, province du Shandong, qui recevait un traitement médical, a récemment été transférée de l’hôpital à la prison pour purger une peine de quatre ans en raison de sa croyance dans le Falun Gong, une discipline spirituelle que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

Mme Yuan Yuqin, 60 ans, a été arrêtée le 3 juillet 2019 et emmenée au centre de détention de Yantai le même jour. Après que son arrestation a été approuvée le 10 août, sa famille a engagé un avocat pour elle, mais la police l’a empêché de lui rendre visite.

Mme Yuan s’est cassé le poignet en détention au début du mois de novembre 2019. Sa famille et son avocat ont soumis une requête demandant qu’elle soit libérée pour recevoir un traitement médical. Xu Wenye et Guo Fudui, du Bureau de la sécurité intérieure, se sont rendus au centre de détention pour enquêter. Après avoir appris que Mme Yuan avait parlé du Falun Gong à ses compagnes de cellule, ils ont rejeté la demande de la famille.

Quelques semaines plus tard, le parquet de la ville de Longkou a renvoyé le dossier de Mme Yuan à la police pour insuffisance de preuves. Xu et Guo ont recueilli davantage d’informations sur elle et ont soumis à nouveau le dossier, ce qui a abouti à son inculpation. Mme Yuan a été jugée par le tribunal de la ville de Longkou par vidéoconférence le 18 juin 2020 et condamnée à quatre ans de prison.

Après un an de détention, Mme Yuan a contracté la tuberculose et a commencé à cracher du sang. Elle vomissait tout ce qu’elle mangeait et ne pouvait plus garder aucun aliment. Son poids a rapidement chuté de plus de 68 kilos à 50 kilos. Craignant qu’elle ne transmette la tuberculose aux autres détenus, le centre de détention l’a emmenée à l’hôpital pour la soigner. Pourtant, les gardes l’ont encore menottée et enchaînée au lit d’hôpital pendant qu’elle recevait des perfusions.

Son état s’étant amélioré, Mme Yuan est rentrée chez elle sous caution. La police a tenté à plusieurs reprises de l’emmener à la prison pour femmes de la province du Shandong, qui a refusé de l’admettre en raison de sa tuberculose.

Alors que Mme Yuan était soignée à l’hôpital le 22 octobre 2021, le policier Guo Fudui l’a emmenée de force à la prison pour femmes de la province du Shandong.

Persécution passée

Mme Yuan a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1996. Elle attribue à la discipline le mérite de lui avoir permis de devenir plus prévenante et plus gentille. Pendant plus de dix ans après le décès de sa belle-mère, alors que son mari travaillait en dehors de la ville, elle s’est occupée de son beau-père malade, qui avait besoin d’un lavement quotidien.

Après le début des persécutions, elle a été arrêtée et détenue à plusieurs reprises pour avoir défendu sa croyance.

Mme Yuan s’est rendue à Pékin pour demander le droit de pratiquer le Falun Gong en mars 2000 et a été arrêtée. Elle a été détenue au bureau du village, a reçu des décharges électriques et a été nourrie de force avec de l’alcool et des excréments. La police l’a également dépouillée de ses vêtements et de ses chaussures et l’a laissée dehors toute la nuit.

Mme Yuan a été arrêtée deux autres fois en 2001 et détenue au centre de détention de Zhangjiagou. Sa famille a dû payer 5000 yuans à la police pour qu’elle soit libérée et puisse passer le Nouvel An chinois avec eux.

Le Bureau 610 de la ville de Longkou, une agence extralégale créée spécialement pour persécuter le Falun Gong, a tenté d’arrêter Mme Yuan sur son lieu de travail en 2002 pour l’emmener à une séance de lavage de cerveau. Elle s’est échappée avec l’aide d’un collègue, mais ne pouvait plus retourner au travail.

Le 30 octobre 2008, à 6 h 30 du matin, la police s’est rendue au domicile de Mme Yuan pour tenter à nouveau de l’arrêter. Elle s’est de nouveau échappée et a dû vivre loin de chez elle pour se cacher de la police. Son beau-père grabataire et son enfant d’âge scolaire sont restés seuls à la maison.

En 2012, plusieurs pratiquants ont vu leurs téléphones portables surveillés par la police après avoir commandé des boîtiers de CD personnalisés auprès d’une imprimerie de Pékin. En vertu d’une directive du Bureau 610 de la ville de Yantai et du Bureau de la sécurité intérieure de la ville de Longkou, la police a arrêté les pratiquants sous surveillance à 4 h du matin le 11 avril.

Ce jour-là, plusieurs agents se sont rendus au domicile de Mme Yuan à 5 heures du matin, deux heures seulement après le retour de son mari, qui travaillait à l’extérieur de la ville depuis deux mois. Lorsque Mme Yuan a refusé d’ouvrir la porte aux policiers, ceux-ci sont montés sur son balcon au deuxième étage et ont essayé d’ouvrir sa fenêtre de force. Mme Yuan a exigé qu’ils partent immédiatement, déclarant que c’était illégal qu’ils entrent par effraction.

Au cours de l’affrontement qui a suivi, plusieurs policiers sont entrés par la fenêtre, et ont ensuite ouvert la porte pour laisser entrer sept autres agents. Mme Yuan a encore essayé de les arrêter, mais ils lui ont passé les menottes derrière le dos. Son mari a également essayé d’arrêter la police, mais sans succès.

Alors que son beau-père octogénaire, qui venait de sortir de l’hôpital quelques jours auparavant, tremblait de peur, les policiers ont fouillé la maison. Ils se sont même introduits dans la chambre de l’enfant de Mme Yuan et ont confisqué un ordinateur portable utilisé pour l’école. La chambre du beau-père de Mme Yuan a également été fouillée. Les 7800 yuans en argent liquide qu’il avait mis de côté pour les frais médicaux, ainsi que l’argent dans le sac à main de Mme Yuan, sa carte d’identité, son téléphone portable, ses livres de Falun Gong et la photo du fondateur du Falun Gong, ont tous été pris.

Mme Yuan s’est ensuite échappée du poste de police et a été contrainte de vivre à nouveau loin de chez elle.

Elle a été arrêtée une nouvelle fois et détenue pendant dix jours en septembre 2015 pour avoir déposé une plainte pénale contre Jiang Zemin, l’ancien dirigeant du régime communiste qui a ordonné la persécution du Falun Gong.

Au début 2016, deux agents en civil ont arrêté Mme Yuan devant son garage et ont tenté de l’arrêter pour avoir fourni un abri aux pratiquants de Falun Gong déplacés. Bien qu’elle se soit échappée, la police s’est introduite chez elle le 5 décembre 2016 avec un serrurier et l’a arrêtée. Ses livres de Falun Gong et une photo du fondateur du Falun Gong ont été confisqués.

Wang Yucheng, chef adjoint du Bureau de la sécurité intérieure, a frappé la tête et les épaules de Mme Yuan avec une raquette de tennis de table et l’a agressée verbalement lorsqu’elle a refusé de répondre à ses questions.

Mme Yuan a eu des vertiges après avoir été battue. Elle tremblait de manière incontrôlable et souffrait de palpitations cardiaques. Elle a perdu connaissance au centre de détention de Yantai, avant d’être libérée sous caution. La police a constamment surveillé son téléphone portable et celui de sa famille après son retour chez elle.

Voir aussi :

La police menace d’emprisonner une femme malade

Trois résidents du Shandong font face à une mise en accusation pour leur croyance

Ville de Longkou, province du Shandong : Huit pratiquants de Falun Gong arrêtés et cinq harcelés en raison de leur croyance

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais