(Minghui.org) Un matin, vers le début du mois de mai, j’ai fait un rêve clair qui semblait réel. Il commençait par le fait que je clarifiais la vérité à une femme chinoise dans un endroit lumineux. Elle avait accepté de démissionner du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations pour la jeunesse après avoir appris les faits sur le Falun Dafa. Alors qu’elle signait son nom sur une pétition, une autre personne derrière moi a crié qu’elle voulait aussi démissionner du PCC.

Ce rêve était encore vif lorsque je me suis réveillée. J’ai compris qu’il s’agissait d’un indice du Maître, m’incitant à parler du Falun Dafa avec les gens en personne. Je travaille à plein temps sur un projet médiatique et je ne parlais pas aux gens en personne. Je voulais le faire, mais je ne savais pas comment m’y prendre ni ce que je pouvais faire pour aider.

Certains pratiquants faisaient les exercices en bas de notre immeuble, car notre bureau est situé dans le centre-ville et de nombreuses personnes passent devant. Beaucoup d’entre eux regardent les pratiquants faire les mouvements, et certains veulent en savoir plus sur le Falun Dafa. Un jour, un pratiquant m’a demandé si je pouvais distribuer des brochures pendant que les autres pratiquants faisaient les exercices. J’ai refusé, car je devais préparer moi-même le matériel, et je me sentais trop occupée pour faire ce travail à ce moment-là.

À la mi-juillet, j’ai assisté à une veillée aux chandelles devant le consulat chinois. Je sentais désespérément que je devais faire davantage pour demander la fin de la persécution du Falun Gong (également appelé Falun Dafa) en Chine.

Avec cette idée en tête, j’ai rencontré une pratiquante que je n’avais pas vue depuis longtemps. Elle venait de recueillir des signatures sur une pétition pour mettre fin au PCC. Elle m’a proposé de me donner des brochures si je recueillais des signatures.

Elle m’a donné les documents et j’ai commencé à recueillir les signatures des gens.

Je n’avais le temps de parler aux gens et de recueillir des signatures que pendant ma pause déjeuner ou après le travail. Cependant, j’ai recueilli plus de 2000 signatures en quelques mois seulement.

Quelques mois plus tard, j’ai décidé de préparer moi-même le matériel au lieu de compter sur d’autres pratiquants pour le faire. J’ai donc commandé des brochures et des petites fleurs de lotus et les ai payées de ma poche.

Mes collègues m’ont beaucoup encouragée. Certains m’ont aidé à trouver les bonnes brochures et à déplacer les lourdes boîtes dans lesquelles elles arrivaient. Certains m’ont proposé de partager une partie du coût, mais je n’ai pas accepté d’argent de leur part. D’autres pratiquants ont insisté pour faire une démonstration des exercices lorsque je recueillais les signatures. La démonstration des exercices était en soi une grande chose à voir pour les gens, car beaucoup de gens étaient témoins de la paix et de la beauté émanant du Falun Dafa et voulaient en savoir plus.

Il y a seulement deux jours à midi, le rêve que j’avais fait en mai est devenu réalité.

Alors qu’une femme signait la pétition, quelqu’un d’autre a crié : « Je veux la signer aussi ! » Il est rare de voir des Occidentaux courir et crier en public. Je me suis retournée et j’ai vu un homme d’âge moyen courir vers moi. Il m’a dit que ses deux filles venaient de signer la pétition et qu’il avait voulu la signer aussi quand elles lui en avaient parlé. Il a dit qu’il savait que ce que je disais était vrai. Il semblait heureux de la signer.

Maître Li nous a dit que chaque personne dans ce monde est venue ici pour Dafa, donc je ne juge jamais les gens par leur apparence. Je clarifie la vérité aux gens qui passent. J’ai parfois développé un attachement à l’exaltation lorsque les gens signaient la pétition. Je me suis rappelé de rester rationnelle et calme, parce que la persécution n’est pas encore terminée, et que beaucoup de gens sont encore empoisonnés par les mensonges du PCC.

Un jour, un grand Occidental s’est approché de moi et m’a dit : « Je suis les nouvelles sur le Falun Dafa depuis de nombreuses années. Comment puis-je faire un don au Falun Dafa ? Avez-vous un site Internet qui accepte les dons ? » Je lui ai répondu que le Falun Dafa n’accepte pas d’argent des gens. Puis il m’a demandé pourquoi certains de ses amis chinois étaient indifférents à la persécution du Falun Gong. Je lui ai répondu que le PCC avait déformé la pensée de nombreux Chinois depuis qu’il avait pris le pouvoir. Il a dit qu’il était si triste d’entendre cela qu’il avait envie de pleurer. Il a tourné la tête et s’est éloigné en essuyant les larmes de son visage.

Un jour, j’ai parlé du Falun Dafa et de la persécution au gérant d’un établissement de restauration rapide. Il a signé la pétition et m’a donné sa carte de visite. Il savait beaucoup de choses sur la nature destructrice du PCC. Il a dit qu’il espérait qu’un jour le PCC tomberait comme l’Union soviétique.

Un jeune homme nommé Kenneth a signé la pétition après que je lui ai exposé les faits. Il a dit qu’il avait quelques amis chinois et qu’il savait que le PCC avait fait beaucoup de choses mauvaises. Après avoir pris le pouvoir, le PCC a persécuté les parents de son ami, si bien que sa famille a fui aux États-Unis il y a plusieurs années. Il m’a remercié à plusieurs reprises de lui avoir parlé de la persécution du Falun Gong.

Quelques jours plus tard, je l’ai rencontré de nouveau. Il a discuté avec moi du chaos actuel en Chine. Il avait donné la brochure d’information sur le Falun Dafa à ses amis et a dit qu’il était heureux qu’il y ait encore des gens comme nous dans le monde. Je lui ai parlé du film Printemps éternel, et il a dit qu’il le regarderait avec ses amis.

Il sera plus difficile pour moi de recueillir des signatures à l’extérieur lorsque l’hiver arrivera. Je chérirai les opportunités que le Maître nous donne pour cultiver avec diligence et sauver davantage de personnes.

Tous les contenus publiés sur ce site sont protégés par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais