(Minghui.org)

Nom : Yu Xinmao

Nom chinois : 宇欣茂

Sexe : Masculin

Âge : 82 ans

Ville : Weifang

Province : Shandong

Profession : inconnue

Date du décès : Juillet 2022

Date de la dernière arrestation : 13 septembre 2009

Dernier lieu de détention : Centre de détention de Changle

M. Yu Xinmao a reçu un coup dur lorsque sa fille a été condamnée à la prison, en avril 2022, pour sa pratique de leur croyance commune dans le Falun Gong. Il a finalement succombé au harcèlement constant et à la pression mentale qui l’accablaient depuis vingt-trois ans, depuis que le régime communiste chinois a lancé la persécution du Falun Gong en 1999. Il avait 82 ans.

Le décès de M. Yu en juillet 2022 a dévasté son épouse de 84 ans. Elle est tombée malade et, le 18 juillet 2022, elle s’est retrouvée alitée.

Le père et le fils se cachent, les membres de la famille sont harcelés

Le 7 février 2009, une dizaine de policiers se sont rendus au domicile de M. Yu pour l’arrêter. Comme il s’est enfui, les policiers ont arrêté son fils, M. Yu Jianhua, à sa place. Après l’avoir écroué au centre de détention du canton pendant un mois, les autorités ont emmené le jeune M. Yu au centre de lavage de cerveau de Weifang et ont également extorqué 5000 yuans à sa famille. M. Yu s’est échappé par la suite et la police a commencé à harceler sa famille.

Le 24 août à 5 heures du matin, deux agents sous le commandement du chef de la police Qiu Yubo, du poste de police de Wutu se sont présentés au domicile de M. Yu Jianhua et ont demandé à son épouse où il se trouvait. Comme elle refusait de répondre, les policiers l’ont giflée et frappée à la poitrine. Elle les a réprimandés pour l’avoir battue et les policiers ont répondu : « Qui nous a vus vous frapper ? » Son fils de six ans a été terrifié par la violence des policiers.

Deux jours plus tard, le 26 août à 20 heures, la police s’est rendue au domicile de M. Yu aîné pour le chercher. Il se trouve que les deux neveux de sa femme, M. Yu Lihua et M. Yu Lijun, lui rendaient visite. La police les a arrêtés tous les trois et les a emmenés au poste de police. Comme ils ont également refusé de révéler l’endroit où se trouvait M. Yu, la police a battu M. Yu Lihua. Ils ont été libérés à 18 heures le lendemain.

La police s’est de nouveau rendue au domicile de M. Yu Jianhua à 5 heures du matin le 30 août. Comme sa femme refusait toujours de révéler où il se trouvait, les policiers lui ont fouetté les jambes, lui causant des bleus de la taille d’une balle de tennis. Le chef de la police, M. Qiu, a menacé de lui pourrir la vie et d’empêcher son fils d’aller à l’école ou de trouver un emploi si elle ne révélait pas l’endroit où se trouvait son mari.

Dans une autre tentative pour découvrir où se trouvent le père et le fils, Qiu a arrêté M. Yu Lijun à 19 heures le 1er septembre. Ils l’ont battu et l’ont amené au poste de police. Ils l’ont déshabillé et l’ont enchaîné à une chaise de fer. Quatre agents l’ont frappé avec des tapettes à mouches et un rouleau de papier journal. Ils lui ont également arraché les cheveux, les cils et la barbe. Puis ils lui ont scotché la bouche et l’ont frappé dans les côtes, l’estomac, sur les doigts et les genoux avec un bâton dur. Ils l’ont également torturé en lui introduisant des cigarettes allumées dans le nez, en lui pulvérisant du gaz lacrymogène dans les yeux et la bouche, et en lui projetant une lumière vive dans les yeux. Les agents l’ont également agressé sexuellement en lui pinçant les tétons et les testicules et en frappant ses parties intimes avec un balai. La torture a duré de 19 h 30 à 3 heures du matin.

Le lendemain, l’agent Yu Jianjun a continué à frapper M. Yu Lijun pour le forcer à révéler l’endroit où se trouvaient son oncle et son cousin. M. Yu Lijun s’est roulé par terre de douleurs. Après s’être épuisés à donner des coups, les policiers l’ont enchaîné à une chaise de fer. Vers midi, alors qu’il avait l’occasion d’aller aux toilettes, il a réussi à s’échapper.

Le père condamné à sept ans de prison

M. Yu Xinmao a été arrêté le 13 septembre 2009, puis condamné à sept ans de prison.

Lorsque la police l’a emmené à la prison de Jinan le 6 janvier 2010, son admission a été refusée en raison de son état de santé. Pourtant, Guo Xingjun, du Bureau 610, a refusé de le libérer, et l’a incarcéré au centre de détention de Changle.

En 2015, avec le raz-de-marée des poursuites en justice contre Jiang Zemin, l’ancien dirigeant du régime communiste qui a ordonné la persécution, M. Yu a également déposé une plainte pénale contre Jiang. Pour cela, la police a commencé à le harceler plusieurs fois par an.

La fille emprisonnée deux fois

En juin 2019, la fille de M. Yu Xinmao, Mme Yu Meixia, enseignante dans une école professionnelle, a été arrêtée pour avoir parlé du Falun Gong à des personnes. Elle a ensuite été condamnée à quinze mois de prison.

Lorsque Mme Yu a commencé à pratiquer le Falun Gong, son fils était encore adolescent. Ayant été témoin des arrestations et des passages à tabac constants de sa mère au fil des ans, l’adolescent était traumatisé. Il s’est replié sur lui-même et a fait une dépression. Il a dû quitter l’école et rester à la maison, comptant sur sa famille pour s’occuper de lui. Pendant ce temps, la police a continué à harceler ses grands-parents maternels, qui aidaient à prendre soin de lui pendant l’incarcération de sa mère.

Les lourdes tâches de soins et la détresse mentale causée par le harcèlement ont eu des répercussions sur la santé de M. Yu Xinmao. Il est tombé malade et il est devenu grabataire.

Le 4 février 2022, peu après la sortie de prison de Mme Yu, elle a de nouveau été arrêtée pour avoir parlé aux gens du Falun Gong. La police a de nouveau harcelé son père et pris des photos de lui, même lorsqu’il a été invalide et ne pouvait plus parler. Sa femme, âgée de 84 ans, a eu du mal à s’occuper de lui et de leur petit-fils pendant cette période.

En mars 2022, elle s’est rendue au Département de police pour s’enquérir de la situation de sa fille. Elle a demandé instamment à la police de la libérer en raison de la situation de sa famille. Le policier de service lui a demandé de présenter une lettre écrite de sa demande. Lorsqu’elle a remis la lettre quelques jours plus tard, la police l’a intimidée et agressée verbalement. Elle s’y est rendue à plusieurs reprises, mais a dû faire face à une escalade d’agressions verbales de la part de la police. À la fin, ils ont porté la femme âgée hors du poste de police et l’ont jetée dans la rue. Ils ont également menacé de briser son tricycle.

Après son retour à la maison, son autre fils, qui ne pratiquait pas le Falun Gong, lui a reproché de lui causer des ennuis, car la police l’avait harcelé et menacé de lui retirer le moyen de subsistance de sa famille si sa mère continuait à demander la libération de sa sœur.

Le tribunal de Qingzhou a tenu une audience sur l’affaire de Mme Yu le 27 avril et l’a ensuite condamnée à trois ans et demi de prison. Elle a fait appel du verdict auprès de la cour intermédiaire de la ville de Weifang, qui a décidé de confirmer le verdict initial. Affligée par sa condamnation, son père est décédé trois mois plus tard et sa mère est devenue invalide.

Informations sur les responsables de la persécution :

Guo Qinghua (郭清华), directeur de la Commission des affaires politiques et juridiques : +86-13721956612

Guo Zhiwei (郭志潍), chef du Département de police : +86-18653669886

Gao Liang (高亮), directeur de la sécurité intérieure : +8613625369077

(Plus d’informations sur les responsables de la persécution sont disponibles dans l’article original en chinois.)

Voir aussi :

Une enseignante condamnée pour sa croyance pour la deuxième fois en moins de trois ans

Tous les contenus publiés sur ce site sont protégés par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais