(Minghui.org) Le 5 décembre 2022, un juge du tribunal du district de Hexi à Tianjin s’est soudain présenté au domicile de Mme Han Yuxia, âgée de 79 ans, et a tenu une audience sur son cas pour sa pratique du Falun Gong.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline méditative et spirituelle ancestrale que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

Le juge Shi Guang a demandé à Mme Han si elle pratiquait toujours le Falun Gong. Mme Han a répondu par l’affirmative et a déclaré qu’elle n’avait rien fait de mal en pratiquant sa croyance ou en en parlant. Après l’audience, deux agents du poste de police de Yuexiulu lui ont dit qu’ils reviendraient dans deux semaines pour lui faire passer un examen médical.

Mme Han a été arrêtée le 29 octobre 2019 pour avoir parlé du Falun Gong à des personnes, puis on l’a libérée sous caution. Le 15 octobre 2022, deux mois seulement avant l’audience inattendue, on l’a arrêtée à nouveau alors qu’elle rendait visite à une autre pratiquante, Mme Sun Guixiang, dont le domicile avait été perquisitionné par la police. Le domicile de Mme Han a également été perquisitionné.

Une famille prise pour cible en raison de sa croyance

Mme Han, son mari et leur fille ont commencé à pratiquer le Falun Gong en 1997. Ils lui attribuent le mérite d’avoir amélioré leur santé et de les avoir aidés à résoudre leurs conflits familiaux, qui avaient failli provoquer le divorce du couple.

Depuis le début de la persécution, cette famille de trois personnes a été prise plusieurs fois pour cible. La durée totale de leur incarcération s’élève à trente et un an et demi. La police, les membres du comité résidentiel et même les gardiens des prisons et des camps de travail ont harcelé la famille sans relâche, ce qui leur a causé une énorme détresse mentale.

Avant sa dernière arrestation, Mme Han a été arrêtée cinq fois. Elle a passé trois ans et demi dans le camp de travaux forcés pour femmes de Banqiao et trois autres années et demi dans la prison pour femmes de Tianjin.

Une fois, les gardiennes l’ont suspendue à un cadre de porte pendant sept jours. Lorsqu’on l’a descendue, ses pieds étaient très enflés et elle ne pouvait plus marcher. Parmi les autres formes d’abus dont elle a été victime, citons le fait d’être obligée de s’asseoir sur un petit tabouret pendant de longues heures sans bouger et d’effectuer un travail intensif non rémunéré. Elle a eu aussi peu accès aux toilettes.

Le mari de Mme Han, M. Guo Deyou, a été arrêté trois fois pour sa croyance. Il a passé trois ans dans le camp de travaux forcés de Banqiao et cinq ans dans la prison de Gangbei. Il a également été contraint de s’asseoir sur un petit tabouret, de faire des travaux intensifs, de regarder des vidéos de propagande calomniant le Falun Gong et d’écrire chaque mois des « rapports de pensée ».

Leur fille, Mme Guo Chengru, âgée de 58 ans, a été arrêtée quatre fois. Elle a été condamnée à deux peines de camp de travaux forcés pour un total de trois ans et demi et à trois peines de prison pour un total de treize ans. Lorsqu’elle purgeait sa dernière peine de cinq ans à la prison pour femmes de Tianjin, on lui a fait subir des tortures incessantes. Le 24 août 2022, lors de sa libération, elle était émaciée et dans un état délirant.

Informations sur les responsables de la persécution :

Shi Guang (时光), juge président, tribunal du district de Hexi

Wang Jian (王健), juge, tribunal du district de Hexi

Li Weidong (李卫东), chef, poste de police de Yuexiulu : +86-13820487171

(Plus d’informations sur les responsables de la persécution sont disponibles dans l’article original en chinois.)

Voir aussi :

Une fois incarcérée pendant sept ans, une femme de Tianjin arrêtée à nouveau pour sa pratique du Falun Gong

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais