(Minghui.org) Bonjour, vénérable Maître ! Bonjour, compagnons de cultivation !

Réveillé par le Maître

En juin 2022, j’ai développé les symptômes du virus du PCC (Parti communiste chinois) [COVID]. Au début, je n’ai pas pris mes symptômes au sérieux, croyant qu’il s’agissait de signes habituels d’élimination du karma. Cependant, le troisième jour, j’avais perdu presque toutes mes forces et j’avais des épisodes de fièvre, de perte d’appétit et d’incapacité à boire de l’eau. Cette nuit-là, mon cœur s’est mis à battre extrêmement vite. La panique et l’anxiété m’ont envahi. Pour la première fois, j’ai réalisé que j’étais dangereusement proche de la mort !

Ce n’est qu’à un stade aussi tardif que j’ai réalisé mon état pitoyable ! Traînant mon corps faible, je marchais lentement autour de mon salon, le tiraillement de l’épuisement me tentant de fermer les yeux et de dormir. Cependant, le regard malicieux d’une entité invisible venue d’une autre dimension m’en empêchait. Elle m’entraînerait loin du monde des vivants si je fermais les yeux. Pour la première fois, j’ai réalisé à quel point nos vies sont fragiles et incontrôlables, et à quel point mon état de cultivation était devenu médiocre. Ma réticence à abandonner les attachements, comme mon attachement à la famille, à la vie et à mes possessions dans ce monde, ces attachements et bien d’autres se sont rapidement manifestés.

Au fond de moi, je savais que je ne pouvais pas quitter ce monde. Sans un corps humain, je ne pourrais plus cultiver. Tout serait terminé, et je n’aurais rien accompli. Mon état de cultivation était médiocre, et je n’avais pas été diligent. Pourtant, à ce moment de vie ou de mort, je ne pouvais que me tourner vers le Maître pour obtenir de l’aide. J’ai lutté, me demandant si je devais demander l’aide du Maître. « Suis-je encore qualifié pour demander l’aide du Maître ? Suis-je toujours digne d’être secouru ? » Diverses situations mettant en évidence mon manque de diligence ont fait surface dans mon esprit. « Regarde-toi. Tu es comme une personne ordinaire. Peux-tu te considérer comme un pratiquant ? »

Honteux et plein de remords, j’ai crié et supplié le Maître : « Maître, s’il vous plaît, sauvez-moi ! Je ne veux pas mourir ! Je veux me cultiver bien et aider à valider le Fa ! » Instantanément, le rythme de mon cœur a commencé à ralentir. Ma panique et mon anxiété se sont également atténuées. Même si mon corps est resté faible, le regard de cette entité malveillante invisible avait disparu.

Ma courte évasion des portes de l’enfer m’a complètement épuisé. Je me suis allongé sur mon lit et je me suis endormi. Lorsque je me suis réveillé le lendemain, ma fièvre était tombée, me signifiant que le Maître m’avait sauvé.

Participer aux exercices collectifs selon les exigences du Maître

Après cette leçon, j’étais déterminé à trouver un point de pratique collective pour faire les exercices de Falun Dafa avec d’autres pratiquants chaque matin. Dans le passé, je préférais faire les exercices à la maison en utilisant un certain nombre d’excuses, comme mon emploi du temps chargé et le manque de points de pratique à proximité. En bref, je ne voulais tout simplement pas participer à des exercices collectifs comme l’avait stipulé le Maître. Pour cette raison, je n’avais jamais réussi à trouver un point de pratique près de chez moi.

De façon surprenante, après avoir décidé de participer aux exercices collectifs, j’ai trouvé un point de pratique près de chez moi. J’ai commencé à m’y rendre tous les matins.

En outre, le fait de participer aux séances des exercices collectifs a également contribué à améliorer mon état de cultivation. Étais-je capable de conserver la volonté d’aller au point de pratique ? Pouvais-je atteindre l’état de tranquillité nécessaire pour les exercices ? Mes pensées perturbatrices interféraient-elles avec ma méditation ? Étais-je prêt à braver les désagréments physiques, les températures extrêmes et le harcèlement des mouches et des moustiques ?

Le Maître a dit :

« Les êtres humains ont souvent en eux de la paresse, tu ne peux pas le nier, parce que tes pensées ne se sont pas encore sublimées à ce niveau. Quand tu restes en dehors de l’environnement du groupe de pratique, c’est comme ne pas être stimulé, et tu perds une condition extérieure qui pousse ton xiulian. » (Enseignement du Fa à la conférence de Fa des assistants à Changchun)

En persévérant dans la pratique des exercices le matin, j’ai senti que ma volonté, mon caractère, mon endurance et ma capacité à supporter les épreuves augmentaient.

J’avais l’habitude de penser que cultiver son caractère et faire les exercices étaient deux choses différentes, aussi n’ai-je jamais accordé beaucoup d’importance à la pratique des exercices. Après avoir participé régulièrement aux exercices du matin, ma capacité à comprendre le Fa s’est améliorée. Bien que cela fasse plus de dix ans que je lis le Zhuan Falun, j’avais acquis très peu de connaissances. J’avais du mal à discerner les différents niveaux du Fa et j’ai fini par me contenter d’étudier machinalement. Je faisais même des tâches ménagères tout en étudiant le Fa. Après avoir commencé à participer à la pratique collective, j’ai découvert que je pouvais discerner les différents niveaux des principes du Fa, ce qui m’a aidé à acquérir de nouvelles compréhensions pendant l’étude du Fa. J’avais déjà parcouru certains paragraphes de nombreuses fois, mais ils se présentaient maintenant sous un jour différent. « Comme c’est étrange. Pourquoi n’ai-je pas découvert ce principe du Fa avant ? » me suis-je demandé. L’amélioration de mon état de cultivation a également contribué à renforcer mon état de pratique.

D’après le Maître :

« Le Falun Dafa est aussi une méthode de cultivation conjointe de l’esprit et du corps, et cela doit se pratiquer par des mouvements. D’une part ces mouvements servent à renforcer les pouvoirs de gong. Que veut dire renforcer ? Cela veut dire fortifier vos pouvoirs de gong en utilisant votre puissante force de gong, les rendre de plus en plus forts ; d’autre part, dans votre corps vont encore se développer un grand nombre d’entités vivantes. » (Première Leçon, Zhuan Falun)

Le paragraphe ci-dessus du Fa du Maître m’a aidé à m’éveiller à une autre compréhension. Le Maître a été clair. Comment pourrais-je utiliser mes propres conceptions pour déterminer l’importance de faire les exercices ? Sans bien pratiquer les exercices, comment pourrais-je m’appeler un pratiquant de Falun Dafa ?

Éliminer le mépris et la jalousie des autres pratiquants

J’ai également pris conscience de l’ampleur de ma jalousie et de mon mépris envers les autres pratiquants. Les participants aux projets médiatiques sont tenus d’améliorer constamment leurs compétences professionnelles. Quant aux compagnons de cultivation qui s’amélioraient lentement, manquaient de compétitivité et semblaient avoir de médiocres capacités, je les critiquais inconsciemment selon mes critères. Je les ai qualifiés d’avoir un manque de motivation et de qualifications pour pouvoir participer à des projets médiatiques. Je leur reprochais de ralentir nos progrès et d’affecter notre capacité à sauver des vies. Ne voulant pas les aider, j’ai même froidement souhaité qu’ils trébuchent et fassent des erreurs.

Cet état a duré longtemps, jusqu’à ce que je réalise un jour : les forces anciennes ne partageaient-elles pas exactement la même attitude et idéologie ? Au lieu de se changer elles-mêmes, les forces anciennes essaient d’éliminer les pratiquants qu’elles n’aiment pas. Même si les forces anciennes à tous les niveaux pensent être les maîtres suprêmes de l’univers, elles ne se rendent pas compte qu’elles sont éliminées par les forces anciennes à des niveaux encore plus élevés. Ma conception de supériorité personnelle, mon mépris pour les autres pratiquants et mon espoir que les choses échouent ou tournent mal étaient en accord avec leur approche.

Derrière ma jalousie se cachaient un sentiment d’arrogance et la conviction d’avoir toujours raison. Satisfait de mes performances professionnelles et de mes capacités à apprendre, j’acceptais l’affirmation et les louanges des autres comme étant les miennes. Cependant, les capacités des pratiquants de Dafa sont données par le Maître, afin qu’ils puissent aider le Maître à rectifier le Fa et à sauver les êtres. De plus, cette pensée illusoire n’était-elle pas une manifestation de démons provenant de mon propre esprit ?

Parce que j’avais laissé cet attachement s’envenimer, mon ego a continué à se développer, entraînant une insatisfaction croissante à l’égard des autres pratiquants. Je me suis retrouvé à critiquer constamment les autres dans mon esprit, à me complaire dans le visionnage d’auto-médias couvrant l’analyse des affaires courantes de la Chine, tout en louant ma capacité à tout saisir clairement. Un jour, j’ai commencé à mépriser mes compagnons de cultivation chinois participant à des projets médiatiques à l’étranger, pensant que leurs paroles, leurs actes et leurs pensées ne faisaient que refléter leur endoctrinement par la culture du PCC. Cela a continué jusqu’au jour où j’ai fait quelques commentaires personnels sur les mots et les phrases utilisés par le Maître dans le Zhuan Falun. À ce moment-là, je pensais que je n’avais pas tort puisque mes commentaires étaient objectifs. Avec le recul, je suis horrifié de constater que ma jalousie m’a poussé sans que je m’en rende compte au bord de la destruction. Ma rencontre avec le virus du PCC, qui a failli me tuer, a été complètement auto-infligée !

J’ai commencé à ajouter une pensée lors de l’émission de la pensée droite. « Désintégrer complètement toutes les substances et facteurs pervers qui renforcent ma jalousie dans mon champ dimensionnel. » Alors que je continuais à émettre la pensée droite, la jalousie dans mon esprit a commencé à diminuer. Même si elle continue à faire surface de temps en temps, je peux maintenant la détecter plus rapidement et m’en débarrasser immédiatement. Je crois que nos attachements existent sous la forme d’esprits dans d’autres dimensions. Lorsque notre conscience principale se relâche, ces attachements saisissent l’occasion de contrôler nos pensées et de s’amplifier afin d’accroître leur énergie. Ce n’est qu’en renforçant notre conscience principale et en les rejetant résolument que le Maître peut aider à éliminer ces attachements.

Mémoriser le Fa et regarder constamment à l’intérieur

Lorsque j’étais étudiant, je n’ai jamais aimé mémoriser des choses. Des sujets comme la littérature chinoise ancienne, l’histoire et les équations mathématiques me répugnaient. Bien que de nombreux compagnons de pratique mémorisent le Fa, je n’en voyais pas l’utilité. Ma seule tentative, il y a des années, s’était soldée par un échec. Je ne pensais donc pas que je réussirais à mémoriser le Fa.

Des compagnons de cultivation qui ont mémorisé le Fa ont partagé leurs expériences sur la Radio Minghui en août 2022. Un pratiquant peu doué a constaté qu’il n’arrivait pas à mémoriser plusieurs pages à la fois, contrairement aux autres pratiquants. Cependant, il ne s’est pas découragé et s’est efforcé de mémoriser deux paragraphes chaque jour. Il prenait le temps, même s’il était très occupé ce jour-là, de mémoriser, même s’il ne s’agissait que d’une seule phrase. Un autre pratiquant mémorisait le Fa de manière non consécutive. Chaque fois qu’il rencontrait des tribulations, il trouvait la section pertinente du Fa dans le Zhuan Falun et la mémorisait. Ces pratiquants étaient d’accord pour dire que leurs efforts avaient contribué à une grande amélioration de leur caractère.

Cela m’a inspiré et j’ai décidé de commencer à mémoriser le Fa. La mémorisation est en effet un outil très puissant, car il faut se concentrer pleinement pour mémoriser chaque phrase, chaque mot étant gravé dans la mémoire comme une marque. Bien qu’étudier le Fa avec son esprit soit très bien, mémoriser le Fa permet d’atteindre un tout autre niveau. Un sentiment indescriptible commence à se manifester, comme si chaque cellule du corps vibrait. Un même paragraphe peut refléter différentes compréhensions du Fa lorsqu’il est mémorisé au lieu d’être simplement lu. Un mot ou une phrase typique peut révéler une toute nouvelle couche de signification grâce au processus de mémorisation.

Ma mémorisation quotidienne du Fa a contribué à améliorer mon caractère. Comme si c’était arrangé, je rencontrais des tribulations pertinentes portant sur ce que j’avais mémorisé ce jour-là. En me rappelant la section mémorisée et en abandonnant mes attachements, je passais rapidement ces tribulations. Comme si j’étais sur une fusée, la mémorisation du Fa a accéléré ma progression de manière exponentielle.

Au cours du processus, j’ai découvert que la mémorisation du Fa n’était pas aussi difficile que je le redoutais. Plus je mémorisais, plus cela devenait facile. Maintenant, je mémorise le Fa en me rendant chaque matin au lieu de pratique. À travers mes récitations silencieuses, j’ai l’impression que le Maître compatissant m’encourage à rester courageux et diligent.

Épilogue

Le Maître a dit :

« Le développement spirituel est un long voyage qui consiste à se défaire progressivement des attachements. Mais il faut être strict avec soi-même. » (Quatrième Leçon, Zhuan Falun)

Même si je pratique Dafa depuis de nombreuses années, le principe fondamental de la pratique et de la cultivation n’avait jamais été accessible pour moi. Poussé par le désir de vivre confortablement, je me suis relâché dans ma cultivation, j’ai adopté les conceptions des gens ordinaires, et je me suis même délecté de vivre une vie confortable et relaxante. L’épreuve du virus du PCC cette année m’a servi de leçon. Bien qu’impatient de rattraper la progression de la rectification de Fa, je me rends compte que j’ai pris beaucoup de retard. Je suis résolu à cultiver avec diligence à partir de maintenant et je ne vais pas à nouveau régresser vers le relâchement ou la paresse.

(Présenté lors du Fahui de Taïwan 2022)

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais