(Minghui.org) Dans le cadre de la Journée des droits de l’homme du 10 décembre 2022, les pratiquants de Falun Gong de 38 pays ont remis à leurs gouvernements respectifs une liste actualisée des responsables impliqués dans la persécution du Falun Gong en Chine, les exhortant à sanctionner ces individus pour avoir persécuté le Falun Gong et demandant instamment que les personnes dont les noms figurent sur la liste soient interdites d’entrée dans ces pays et que leurs avoirs soient gelés. Ces pays sont les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, 22 pays de l’Union européenne et 11 autres pays d’Asie, d’Europe et d’Amérique. Parmi les responsables de la persécution répertoriés se trouvait Gao Yichen, ancien directeur adjoint du Bureau 610 central du Parti communiste chinois (PCC).

* * *

Informations sur le responsable de la persécution

Nom complet du responsable : Gao (nom de famille) Yichen (prénom) (高以忱)

Genre : Masculin

Pays : Chine

Année de naissance : Mars 1950

Lieu de naissance : Province du Heilongjiang

Titre ou fonction

D’octobre 2016 à aujourd’hui : Membre en chef du Comité consultatif d’experts de la Fédération de l’héritage des civilisations de l’Association de recherche sur la culture de Yanhuang, et vice-président de l’association

Fin 2005 – octobre 2016 : Secrétaire général adjoint de la Commission des affaires politiques et juridiques (CAPJ) centrale, chef de bureau du Groupe central de direction des travaux de stabilité, directeur adjoint du Bureau 610 central et consultant senior de l’Association anti-secte de Chine (China Care Association), un groupe créé par le PCC au nom d’organisations non gouvernementales pour persécuter le Falun Gong. 

2005 : Directeur exécutif adjoint du Bureau 610 du Comité du Parti communiste chinois (PCC) central

Avant 2005 : Vice-ministre du ministère de la Sécurité d’État du PCC

Principaux crimes

Le 10 juin 1999, le PCC a établi le Bureau 610, une agence extralégale spécifiquement chargée de persécuter le Falun Gong. Son nom officiel est le « Groupe dirigeant du Comité central du PCC pour la gestion de la question du Falun Gong ». 

Outre le Bureau 610, la Commission des affaires politiques et juridiques (CAPJ) est une autre agence extrajudiciaire créée pour superviser les opérations quotidiennes de la persécution à l’échelle nationale.

Depuis que Gao est devenu le directeur adjoint du Bureau 610 et secrétaire général adjoint de la CAPJ centrale en 2005, il a suivi de près la persécution et a assisté à de nombreux événements publics pour y prononcer des discours diffamant le Falun Gong.

Du 22 au 26 novembre 2007, la Conférence annuelle de l’Association anti-secte de Chine a été accueillie par l’Association anti-secte provinciale du Zhejiang dans la ville de Hangzhou, province du Zhejiang. Gao a assisté à la conférence en tant que directeur adjoint du Bureau 610 central et a prononcé un discours sur les objectifs actuels de la répression du Falun Gong. Il a également assisté à la soi-disant soirée culturelle « Anti-secte, promotion de l’harmonie » organisée par le Bureau 610 provincial du Zhejiang.

Le 6 décembre 2010, le « Séminaire sur les tendances de développement des religions émergentes » a été organisé à Pékin par l’Institut des religions du monde de l’Académie chinoise des sciences sociales. Gao a assisté à la réunion en tant que consultant senior de l’Association anti-secte de Chine (China Care Association).

La conférence du 10e anniversaire de la fondation de l’Association anti-secte de Chine (China Care Association) s’est tenue à l’hôtel de l’amitié de Pékin les 13 et 14 novembre 2010. Gao a assisté à la conférence en tant que directeur adjoint du Bureau 610 central et a prononcé un discours.

Le 5 septembre 2011, Gao, en tant que directeur adjoint du Bureau 610 central, a visité l’Institut provincial des langues étrangères du Hebei. Il était accompagné de Zhai Haihun, directeur adjoint du Département provincial de l’éducation du Hebei, Li Jianfang, secrétaire adjoint de la CAPJ provinciale du Hebei, et Zhu Xianjun, directeur adjoint du Bureau 610 provincial du Hebei.

Persécution pendant le mandat de Gao de 2005 à 2015

Le Falun Gong a été persécuté le plus sévèrement alors que Gao servait comme directeur adjoint du Bureau 610 central. À partir d’août 2005, le Bureau 610 a mis en place une nouvelle série de persécutions contre les pratiquants, comprenant des arrestations massives et des tortures brutales. Pendant le mandat de Gao entre 2005 et 2015, au moins 1272 décès de pratiquants ont été confirmés, dont 392 cas de décès en 2005 seulement.

Mme Liu Zhifang a été arrêtée en juillet 2005 et détenue à l’école de formation juridique de Lanzhou (un centre de lavage de cerveau déguisé). Pour avoir refusé de renoncer à sa foi, elle a été détenue en cellule d’isolement et menottée dans le dos pendant une période prolongée. Elle a été torturée à mort à la fin du mois. Les membres du personnel de l’École de formation juridique de Lanzhou ont déclaré qu’elle s’était suicidée et ont censuré la nouvelle de sa mort.

En 2006, la mort de 216 pratiquants de Falun Gong a été confirmée dans 26 provinces et municipalités. Le 15 août 2006, M. Yin Anbang, 38 ans, a été torturé à mort dans la prison de Tailai, province du Heilongjiang. D’après sa famille, son dos était contusionné et ses orteils infectés.

En 2007, un an avant les Jeux olympiques de Pékin, le Bureau 610 a intensifié les arrestations des pratiquants sous prétexte de maintenir la stabilité sociale pour les Jeux olympiques.

Le 26 décembre 2007, Minghui org a rapporté que des gardiens du Centre de détention de la ville de Jilin et de la base d’entraînement des chiens policiers de la province du Jilin ont infligé des décharges électriques à des pratiquants, les ont battus, gavés, ont mis de la poudre de piment dans des sacs en plastique et en ont recouvert leurs têtes.

Mme Mu Ping a été gavée avec de l’huile de piment, ce qui a gravement endommagé sa gorge. Ensuite, le médecin du centre de détention l’a opérée sans utiliser aucune anesthésie. Un de ses bras a été handicapé à la suite de la torture. Ses doigts et ses orteils ont été percés avec des bâtons de bambou et son visage, ses mains et ses pieds ont reçu des décharges électriques.

Le 19 février 2008, la CAPJ et le Bureau 610 ont secrètement publié un document intitulé « Directives pour maintenir efficacement la stabilité sociale et assurer la sécurité des Jeux olympiques de Pékin ». Le document réitérait l’ordre de persécuter les pratiquants de Falun Gong, entraînant des arrestations massives et des peines de prison.

Selon les statistiques disponibles, entre la fin 2007 et le 11 mars 2008, au moins 1878 pratiquants ont été arrêtés dans 29 provinces et municipalités, dont plus de 190 pratiquants à Pékin de décembre 2007 à mi mars 2008.

En 2010, Minghui a publié plus de 1680 cas de torture dans les camps de travail et les prisons. Les provinces du Heilongjiang, Shandong, Jilin et Hebei ont enregistré les persécutions les plus sévères. Au moins 78 pratiquants ont été torturés à mort en détention en 2010.

Mme Liu Shuling, 54 ans, a été torturée à mort le 3 juillet 2010, dans le camp de réhabilitation pour toxicomanes et de travail de la ville de Harbin de la province du Heilongjiang. Selon un témoin, Mme Liu a été attachée à une chaise de feret est morte des décharges électriques. Son oreille gauche et son cou ont été gravement brûlés.

En 2011, le Bureau 610 central a ordonné aux bureaux 610 régionaux et à la police à tous les niveaux d’arrêter les pratiquants avant le Congrès national du peuple et la Conférence consultative politique du peuple chinois. De la mi-juin au 10 juillet, 404 pratiquants ont été arrêtés dans la ville de Panzhihua, le district de Miyi, la ville de Dazhou, la ville de Deyang et la ville de Guanghan dans la province du Sichuan. Il a été confirmé que le Bureau 610 et la CAPJ de la province du Sichuan ont ordonné les arrestations.

Selon Minghui, 76 pratiquants de Falun Gong ont été persécutés à mort en 2011. Vers 1 h du matin le 8 mars 2011, M. Liu Chuanjiang a été torturé à mort à l’hôpital de la prison de Jiamusi. Avant qu’il ne meure, les gardiens lui ont administré des décharges électriques avec quatre matraques, lui ont fracassé les hanches et cassé le bras. Sa famille a été forcée de signer un accord pour incinérer son corps le 10 mars.

Les prisons secrètes dites « noires », telles que les centres de lavage de cerveau, sont souvent déguisées en « écoles d’éducation juridique ». En 2012, le Bureau 610 central et la CAPJ ont alloué plus de deux milliards de yuans aux bureaux 610 locaux pour persécuter le Falun Gong.

Mme Jiang Meilan, 65 ans, a été arrêtée chez elle le 7 septembre 2012 et emmenée au centre d’éducation et de formation juridiques de Laodaohe dans la ville de Changsha, province du Hunan. Elle était sur le point de mourir à la fin du mois. Elle était couverte d’ecchymoses après avoir été battue. Sa bouche et ses organes internes avaient été blessés et elle avait des saignements vaginaux anormaux. Elle est décédée le 2 octobre, le lendemain de sa libération.

En 2012, au moins 154 pratiquants de Falun Gong ont été torturés à mort.

En 2013, bien que le système notoire de camps de travaux forcés ait été aboli, le Bureau 610 s’est tourné vers les centres de lavage de cerveau pour persécuter les pratiquants. En 2013, 27 provinces et municipalités ont organisé 157 sessions de lavage de cerveau et au moins 737 pratiquants ont été détenus.

Toujours en 2013, un total de 108 cas de décès a été signalé, dont 74 cas en 2013 et 34 décès survenus avant 2013. Au moins 4942 pratiquants ont été arrêtés, 796 pratiquants ont été condamnés et 16 pratiquants ont été condamnés à des peines de camp de travail avant qu’ils ne soient fermés.

Le soir du 29 mars 2013, les autorités de la ville de Harbin, province du Heilongjiang ont dépêché un grand nombre de policiers et arrêté au moins 61 pratiquants. Leurs domiciles ont été saccagés et 14 pratiquants ont été condamnés à des peines de prison allant de trois à treize ans.

En 2014, 6415 arrestations ont été enregistrées, dont un grand nombre d’arrestations collectives. Le 18 juillet 2014, 29 pratiquants ont été arrêtés dans la ville de Changchun, province du Jilin. Le 2 septembre, plus de 30 pratiquants et les membres de leur famille ont été arrêtés dans la ville de Tonghua, province du Jilin. La plus grande arrestation massive, plus de 100 pratiquants, a eu lieu le 17 septembre dans la ville de Lianyungang, province du Jiangsu.

Parmi les pratiquants arrêtés, 969 pratiquants ont été détenus dans 158 centres de lavage de cerveau dans 27 provinces et municipalités.

Le 9 juin 2014, le Bureau 610 de Mongolie intérieure a publié un « avis confidentiel » ordonnant aux autorités locales de « recueillir les noms des pratiquants de Falun Gong en Mongolie intérieure ». L’avis exigeait que les comités locaux, résidentiels et cantonaux soumettent leurs listes de noms avant le 10 juillet 2014, et les gouvernements des villes voisines avant le 15 juillet 2014, quelques jours avant le 20 juillet, l’une des « dates sensibles » du PCC.

Le Bureau 610 a mis l’accent sur l’utilisation des systèmes d’information de la police pour obtenir la « précision » dans la « lutte contre le Falun Gong ». L’avis insistait également sur « un contrôle strict de la confidentialité et la prévention des fuites d’informations », ainsi que sur « la prévention des effets négatifs sur la société ». Le document indiquait que cette opération était une action à l’échelle nationale et que l’ordre provenait du Bureau 610 central et du ministère de la Sécurité publique.

En plus des cas d’arrestation, 983 autres pratiquants ont été condamnés en 2014, soit une augmentation de 23,5 % par rapport à 796 en 2013. Au moins 65 pratiquants ont été condamnés à des peines de prison de sept ans ou plus, la peine maximale étant de douze ans.

En 2014, 91 pratiquants ont été torturés à mort. M. Wang Haijin, de la province du Hebei, a été arrêté le 22 avril 2014 et son domicile saccagé. Il a été transféré au Centre de détention de Funing City le même jour. Pendant trois mois de détention, il a été brutalement battu, gavé et agressé sexuellement. Son corps tremblait quand il essayait de marcher et son esprit était en transe. Sa vision était floue et il était extrêmement faible. Il est décédé le 9 octobre 2014. Il n’avait que 46 ans laissant sa femme et ses deux enfants derrière lui.

Mme Zhang Shuxian, 53 ans, a été arrêtée par la police dans la ville de Tumen, province du Jilin, le 7 août 2014. Elle a été torturée à mort dans les 24 heures qui ont suivi son arrestation. Les membres de sa famille ont vu que son corps était couvert de cicatrices de la poitrine jusqu’aux cuisses ; la peau de l’une de ses jambes était également déchirée. Des brûlures de décharges électriques ont été trouvées autour de ses parties génitales. Son dos avait des taches de sang après avoir reçu des coups de pied.

Mme Cui Zhanyun a été arrêtée par la police dans la ville de Yushu, province du Jilin, le 9 septembre 2014. Elle a été emmenée au centre de lavage de cerveau de la ville de Yushu le 12 septembre. Après avoir été forcée à prendre des substances inconnues, elle a commencé à ressentir des douleurs aux bras, au cou et au dos. Elle était incapable de manger. Elle est décédée deux mois plus tard, le 3 novembre.

Selon les données recueillies par Minghui, au moins 19 095 incidents de harcèlement, d’arrestation ou de détention ont été signalés en 2015. Au total, 878 pratiquants ont été condamnés en 2015, la plus jeune pratiquante étant Mme Bian Xiaohui, âgée de 23 ans, de la province du Hebei. Les pratiquants les plus âgés condamnés comprenaient Mme Liao An’an de la province du Gansu et M. Wang Jiaguo de la province du Liaoning, tous deux octogénaires.

Le 11 juillet 2015, la police de la ville de Harbin a coordonné les arrestations de plus de 80 pratiquants. Quatre pratiquants ont été condamnés plus tard.

En 2015, 95 pratiquants ont été persécutés à mort. Au moins huit d’entre eux ont été torturés à mort en prison.

M. Dong Hanjie était un ingénieur principal qui a été condamné à cinq ans de prison par le tribunal de la ville de Zhuozhou, dans la province du Hebei, le 11 février 2015. Vers le 16 août, des membres de sa famille se sont rendus au centre de détention pour lui rendre visite. Après cela, il a été transféré à la prison de Jidong. En moins de deux mois, le 10 octobre 2015, M. Dong Hanjie a été persécuté à mort dans la prison de Jidong. Il avait 62 ans.

En raison de la persécution secrète du PCC contre les pratiquants de Falun Gong et de la censure de l’information, ces cas confirmés ne sont que la pointe de l’iceberg.

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais