(Minghui.org) Dans le cadre de la Journée des droits de l’homme du 10 décembre 2022, les pratiquants de Falun Gong de 38 pays ont remis à leurs gouvernements respectifs une liste actualisée des responsables impliqués dans la persécution du Falun Gong en Chine, les exhortant à sanctionner ces individus pour avoir persécuté le Falun Gong et demandant instamment que les personnes dont les noms figurent sur la liste soient interdites d’entrée dans ces pays et que leurs avoirs soient gelés. Ces pays sont les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, 22 pays de l’Union européenne et 11 autres pays d’Asie, d’Europe et d’Amérique.

Parmi les responsables de la persécution répertoriés se trouvait Gu Xuefei, vice-gouverneur de la province du Henan et directeur du Bureau provincial de la sécurité publique.

* * *

Informations sur le responsable de la persécution

Nom complet du responsable : Gu (nom de famille) Xuefei (prénom) (顾雪飞)

Sexe : Masculin

Pays : Chine

Date de naissance : Mars 1964

Lieu de naissance : District de Haiyan, province du Zhejiang

Gu Xuefei

Titre ou fonction :

D’avril 2021 à aujourd’hui : Vice-gouverneur de la province du Henan ; directeur du Bureau provincial de la sécurité publique

Janvier 2018 – avril 2021 : Secrétaire du groupe de direction du Parti et procureur en chef du parquet populaire de la province du Henan

Février 2015 – janvier 2018 : Procureur en chef du parquet populaire de Hangzhou, province du Zhejiang

Août 2008 – février 2015 : Secrétaire adjoint du groupe du Parti, procureur en chef adjoint, inspecteur et candidat au poste de procureur en chef du parquet populaire de Hangzhou, province du Zhejiang

Mars 2002 – août 2008 : Procureur en chef du parquet populaire de la ville de Zhoushan, province du Zhejiang

Décembre 2000 – mars 2002 : Procureur du parquet populaire de la province du Zhejiang, directeur de la division des poursuites publiques

Décembre 1998 – décembre 2000 : Secrétaire adjoint du comité du Parti de la municipalité de Fuyang ; secrétaire de la Commission des affaires politiques et juridiques (CAPJ) de la ville de Hangzhou

Principaux crimes

Depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter le Falun Gong le 20 juillet 1999, Gu Xuefei a occupé des postes de direction importants au sein du parquet et du système judiciaire, où il est directement responsable de la persécution d’innombrables pratiquants de Falun Gong. Son passage au parquet de la province du Henan en janvier 2018 n’a fait qu’intensifier son implication dans la persécution, lui permettant d’orchestrer les mauvais traitements infligés aux pratiquants de Falun Gong dans toute la région.

Crimes en tant que procureur en chef du parquet provincial du Henan entre janvier 2018 et avril 2021

En tant que représentant à l’Assemblée nationale populaire, ainsi que secrétaire du groupe de direction du Parti et procureur en chef du parquet populaire de la province du Henan, Gu a diffamé le Falun Gong le 12 mars 2018, alors qu’il participait à une interview vidéo en ligne, intitulée « Visible Justice ». Il a prétendu « sévir contre la violence, le terrorisme, les sectes et d’autres crimes, tout en participant activement à la campagne spéciale contre les sectes ».

Pratiquants condamnés en 2018

Selon Minghui.org, en 2018, 36 pratiquants de Falun Gong de la province du Henan ont été condamnés, dont 14 en septembre seulement.

Six pratiquants de la ville de Xinyang, dont M. Bai Guoxian, 80 ans, Mme Tao Yuhua et Mme Yang Chengyun, ont été arrêtés le 16 mars 2017 et condamnés par le tribunal du district de Zhumadian Yicheng le 19 septembre 2018. Ils ont écopé des peines suivantes :

M. Bai Guoxian : huit ans de prison et une amende de 26 000 yuans

Mme Tao Yuhua : huit ans de prison et une amende de 30 000 yuans

Mme Yang Chengyun : huit ans et six mois de prison et une amende de 30 000 yuans

Mme Li Junhua : sept ans et six mois de prison et une amende de 20 000 yuans

Mme Ding Xuemei : sept ans et six mois de prison et une amende de 20 000 yuans

Mme Yang Shanping : deux ans de prison et une amende de 6000 yuans

M. Bai a ensuite été transféré à la prison de Zhengzhou. En raison de mauvais traitements de longue durée, sa santé s’est détériorée. Au second semestre 2019, il a développé une pression artérielle élevée et a eu des difficultés à respirer. Il a été libéré pour raisons médicales et est décédé le 19 avril 2021.

Arrestations massives et condamnations en 2019-2020

Selon les données disponibles, 102 pratiquants ont été condamnés dans la province du Henan en 2019-2020. En août 2020, 27 pratiquants ont été jugés et 6 d’entre eux ont été condamnés arbitrairement.

Aux alentours du 30 août 2019, la police du Bureau de la sécurité publique de la ville de Nanyang a procédé à une arrestation à grande échelle. Au moins 80 pratiquants ont été arrêtés, les domiciles de plus de 130 pratiquants ont été fouillés sans mandat. Le 11 août 2020, 27 pratiquants, dont M. Zhao Peiyuan et M. Wang Wei, ont été jugés. Ils ont été condamnés à des peines allant de 7 mois à 13 ans et à des amendes comprises entre 3000 et 50 000 yuans le 30 décembre 2020.

En mars 2021, 14 pratiquants, dont Mme He Ximei, Mme Cao Ailan et M. Wang Tiezhuang, ont été condamnés à des peines allant de 3 ans à 9 ans et à des amendes allant de 5000 à 30 000 yuans.

Crimes depuis avril 2021 en tant que vice-gouverneur de la province du Henan et directeur du Bureau provincial de la sécurité publique

Gu est devenu le vice-gouverneur de la province du Henan et le directeur du Bureau de la sécurité publique de la province en avril 2021. Son implication directe dans l’orchestration des campagnes de persécution a intensifié la répression dans la province du Henan. En moins de deux ans après son entrée en fonction, au moins 8 pratiquants, dont M. Li Xianxi, M. Guo Baojun, M. Bai Guoxian, M. Li Jianshe, M. Li Guoxun, Mme Li Dianqiu et M. Li Wenran, sont morts des suites de la persécution dans la province.

Incitation à la haine par la propagande sur les campus universitaires

Le matin du 15 avril 2021, le Bureau de la sécurité publique de la province du Henan a organisé une cérémonie d’ouverture à l’Université d’économie et de droit du Henan pour une « campagne anti-sectes » visant à diffuser de la propagande sur les campus universitaires de la province. Cette campagne comprenait un film d’animation diffamant le Falun Gong intitulé « La stratégie de lutte contre le mal dans les collèges et les universités ». Le film a été réalisé par Gu et produit par les enseignants et les étudiants de l’université.

Au cours de la campagne, plus de 2800 panneaux d’affichage ont été placés dans les collèges et les universités de la province, plus de 50 000 brochures ont été distribuées et plus de 1000 affiches ont été posées.

Mobilisation de la police pour arrêter les pratiquants hors de la province

Selon un rapport publié en 2021 sur Minghui.org, 90 pratiquants de Falun Gong ont été condamnés dans la province du Henan cette année-là, soit le cinquième plus élevé du pays. 237 autres arrestations et 95 incidents de harcèlement ont aussi été signalés.

En 2021, la police du Henan a arrêté de nombreux pratiquants dans d’autres provinces. M. Li Bin, de la ville de Botou, dans la province du Hebei, a été arrêté le 28 avril 2021 par des policiers du Bureau de la sécurité publique d’Anyang. Mme Dai Zhiying, de Shanghai, a été arrêtée par la police de la ville de Luoyang le 12 avril 2021.

Mme Sun Lijuan, de la ville de Jinzhou, dans la province du Liaoning, et son mari, M. Zhang Baoguo, ont été kidnappés à leur domicile le 25 avril 2021. Les policiers qui les ont arrêtés appartenaient au Bureau de la sécurité intérieure du district de Jiefang, dans la ville de Jiaozuo, ainsi qu’à la police locale de Jinzhou. Le 28 avril, Mme Sun a été transférée au centre de détention de la ville de Jiaozuo et M. Zhang a été détenu au centre de détention de la ville de Jinzhou.

Entre fin octobre et début novembre 2020, la police de Luoyang a arrêté d’autres pratiquants, dont Mme Fu Nijuan de la ville de Zhijiang, dans la province du Hubei, M. Li Fuchun de Pékin et M. Wu Jiajian de la ville de Laixi, dans la province du Shandong. Ils ont été détenus au centre de détention de la ville de Luoyang. Le 25 avril 2021, ils ont été inculpés par le procureur Wu Jiangyang du parquet du district de Jianxi de Luoyang et condamnés par le tribunal du district de Jianxi de Luoyang.

Décès suite à la persécution

Cas 1 : M. Li Xianxi meurt dans un centre de détention

M. Li Xianxi, de la ville d’Anyang, a été arrêté le 11 mai 2021. Après un mois de détention, il meurt le 12 juin à l’âge de 52 ans. Son corps était émacié. Sa tête était gonflée et il avait des blessures à la taille, au dos et aux genoux. Lorsque les membres de sa famille ont demandé la cause de sa mort, les gardiens du centre de détention n’ont pas pu répondre. Les membres de sa famille ont refusé de signer son formulaire de crémation.

Cas 2 : M. Li Jianshe torturé à mort 16 jours après son arrestation

M. Li Jianshe, de la ville de Zhumadian, a été arrêté le 20 juin 2021 et emmené au centre de détention de la ville de Zhumadian. Le 2 juillet, sa famille a été informée que M. Li avait été emmené à l’hôpital pour des soins d’urgence. L’un des membres de sa famille a vu que son dos, ses bras et son cou étaient gonflés et qu’il était sur le point de mourir. Il est décédé à l’hôpital le 6 juillet 2021.

Cas 3 : Mme Li Dianqiu meurt des suites d’un harcèlement constant

Mme Li Dianqiu de la ville de Xinyang a été suivie et arrêtée alors qu’elle distribuait des brochures sur le Falun Gong dans la rue en décembre 2021. Son domicile a été fouillé sans mandat. Ayant échoué l’examen physique, on a refusé de l’admettre au centre de détention et elle a été libérée. Pourtant, elle a continué à être harcelée par la police et les travailleurs sociaux. Le harcèlement a eu raison de sa santé et elle est décédée le 5 août 2022. Elle avait 79 ans.

Cas 4 : M. Li Wenran condamné à tort et meurt de détresse mentale

M. Li Wenran, de la ville de Nanyang, a été arrêté et son domicile a été perquisitionné, sans mandat, le 15 mai 2019. Il a été condamné à un an et demi de prison en 2020. Après que le centre de détention a refusé de l’admettre en raison de son état de santé, il a été placé sous surveillance résidentielle et a reçu l’ordre d’assister de temps en temps à des séances de lavage de cerveau. Il a succombé à la détresse mentale et est décédé le 25 janvier 2022. Il avait 79 ans.

Autres cas sélectionnés de persécution

Cas 1 : Mme Lou Yahong, comptable, a été gavée par des gardiennes de prison et a développé une hypertension artérielle

Mme Lou Yahong, quinquagénaire, de la ville de Xuchang, a été kidnappée chez elle le 15 décembre 2021. Elle a été condamnée à 4 ans de prison par le tribunal du district de Weidu au début du mois de juillet 2021. Elle a fait appel devant le tribunal intermédiaire de la ville de Xuchang, mais le juge a décidé de maintenir le verdict initial.

Mme Lou a été emmenée à la prison pour femmes de Xinxiang, dans la province du Henan, début novembre 2021. Elle a fait une grève de la faim pendant plusieurs jours et a été nourrie de force, ce qui a entraîné une hypertension artérielle.

Cas 2 : M. Zheng Jiajin, âgé de 80 ans, condamné à purger 9 ans de prison

M. Zheng Jiajin, 81 ans, de la ville de Xinxiang, province du Henan, a été arrêté le 28 août 2020. Il a été condamné à une peine de prison d’un an et huit mois le 19 mai 2021. Comme il avait déjà été condamné à sept ans et demi en 2015, mais n’avait pas purgé sa peine, il a été remis en détention en juin 2021 pour purger un total de neuf ans et deux mois après la dernière peine de prison.

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais