(Minghui.org) Bonjour vénérable Maître et chers compagnons de cultivation.

Lorsque j’ai offert mon soutien à l’équipe de rédaction de Minghui à l’été 2018, je n’avais aucune idée de la signification que ce projet aurait un jour pour moi. À cette époque, je pratiquais le Falun Dafa depuis seulement un an. Comme je vivais dans une région rurale, loin des grandes villes, il ne m’était pas possible d’assister aux activités des journées d’information. Lorsqu’un pratiquant m’a rapporté à quel point le site web Minghui était important pour les pratiquants et les non-pratiquants, j’ai décidé de l’essayer.

Pendant environ un an et demi, j’ai principalement traduit des articles de cultivation pour Minghui, ce qui m’a également aidée dans mon développement personnel.

Ensuite, j’ai été affectée à une autre équipe de traducteurs chargée des nouvelles et des rapports sur la persécution. Rétrospectivement, cela a eu un impact profond sur mon travail avec Minghui. Les destins individuels des pratiquants persécutés m’ont rendu la tâche difficile. J’avais l’impression d’être liée aux personnes en Chine dont il était question dans chaque article. Des images de prisons, d’instruments de torture et de cris remplissaient mes rêves la nuit. Je me réveillais souvent trempée de sueur et en pleurs. La traduction des articles était difficile : ils portaient sur des tortures répugnantes et dégoûtantes et étaient parfois très longs, pouvant même atteindre 18 pages.

Je me plaignais intérieurement et j’avais envie de revenir à mon ancien travail. Je me languissais des articles sur la cultivation qui avaient été si faciles à traduire pour moi.

Lorsque je regardais à l’intérieur, la jalousie était mon principal problème et elle m’est apparue de manière frappante. J’enviais terriblement tous ceux qui étaient autorisés à continuer à traduire les articles de cultivation, de prose ou de miracles du Falun Dafa. Lorsque j’en ai discuté avec ma nouvelle équipe, j’ai réalisé à quel point mon attitude était ridicule. Mes collègues traduisaient de tels articles depuis plus de dix ans, semaine après semaine, jour après jour. Ils m’ont encouragée à persévérer et à les soulager de cette pression.

Le Maître dit :

« Le problème de la jalousie est très grave parce qu’il implique directement pour nous la question de pouvoir cultiver ou non jusqu’à la plénitude parfaite. Si on ne se débarrasse pas, de la jalousie, tout cœur, que l’homme a cultivé et pratiqué devient très fragile. Il y a une règle : au cours de la cultivation et de la pratique, si une personne ne se débarrasse pas de sa jalousie, elle n’arrivera pas à obtenir le Fruit juste, il lui sera impossible d’obtenir le Fruit juste. » (Septième Leçon Zhuan Falun)

Au fil du temps, j’ai appris à contrôler ma jalousie et à laisser tomber mon désir égoïste de traduire des articles portant sur la cultivation. Je me suis dit : « Comment les gens hors de Chine pourraient-ils apprendre la façon dont les pratiquants de Dafa sont persécutés si personne ne traduit leurs expériences ? » En outre, une vertu puissante devait être établie au sein du projet Minghui. J’ai réalisé que chaque article que je traduisais avait quelque chose à voir avec moi directement. Les rapports de torture cruelle m’ont appris à garder un cœur aimable. Lorsque des pratiquants étaient gavés d’excréments, je me suis rappelé que je devais éliminer mon sentiment de dégoût. Ce faisant, je me suis rendu compte que la souffrance des pratiquants avait un autre aspect positif.

Il y a un poème, « Faire souffrir le cœur et la volonté », dans le Hong Yin du Maître. Les mots m’ont aidée à ne plus considérer les pratiquants torturés comme des victimes de la persécution, mais comme des pratiquants de Dafa qui cultivaient dans la plus grande amertume.

Plus tard, alors que je m’occupais aussi des titres, il y avait de temps en temps des rapports sur les conférences de Fa, les expériences personnelles dans la cultivation, ou les miracles de Dafa un changement bienvenu par rapport aux rapports sur la persécution, que j’ai fini par beaucoup apprécier.

Surmonter la fatigue et le manque de sommeil

Le travail pour Minghui, comme beaucoup d’autres projets de Dafa, est volontaire et doit être pris en charge en plus de nos emplois réguliers et de notre famille. Souvent, je ne commence à traduire les articles qu’après 20 h, et le travail se prolonge parfois jusqu’à tard dans la nuit, plusieurs fois par semaine.

Pour avoir un aperçu de la production hebdomadaire, les membres de l’équipe Minghui affichent sur une liste le nombre d’articles qu’ils traduisent. Il m’arrivait de traduire plus de dix articles et d’être encore loin derrière mes coéquipiers qui livraient plus de vingt, parfois même plus de trente traductions chaque semaine. J’ai le plus grand respect pour leur constance.

Pendant longtemps, je n’ai pas compris comment on pouvait travailler de façon aussi constante pour Minghui pendant tant d’années, jusqu’à tard dans la nuit. Dans le passé, il n’était pas rare que je m’endorme en traduisant. Parfois, je me réveillais et décidais de terminer le lendemain. Une fois, j’ai remarqué le lendemain matin qu’un long titre n’avait pas été terminé pour cette raison. En général, les titres sont prioritaires et doivent être terminés le soir même. Lorsque j’ai remarqué cette erreur, après que le coordinateur me l’a signalée très tôt le matin, j’ai traduit le reste de l’article juste après l’étude du matin, qui commençait à 6 h, afin que le titre puisse encore être publié à temps.

Au fil du temps, j’ai réalisé l’importance de l’étude du Fa en travaillant pour Minghui. Ce n’est que lorsque j’ai cultivé solidement que j’ai pu gérer correctement le contenu et le volume des articles sur la persécution. C’est pourquoi j’apprécie l’étude matinale du Fa avec l’équipe de Minghui, qui fait partie intégrante de ma cultivation depuis de nombreuses années. Cependant, il n’est pas toujours facile pour moi de me lever à 5 h du matin pour y participer. Parfois, mes yeux me piquent ou brûlent, et les mots se brouillent, et je ferme les yeux à cause de la douleur.

Une fois, je me suis sentie si fatiguée après avoir travaillé toute la nuit que je n’ai cessé de m’assoupir. Chaque fois que c’était mon tour de lire, ma conscience principale revenait, mais s’estompait de nouveau au paragraphe suivant. À ce moment-là, nous lisions la Cinquième Leçon. Lorsque j’ai lu le titre de la dernière section, j’étais confuse. Au lieu de « Zhuyou Ke », il était écrit « Zhuyou Mi ». Je ne pouvais pas l’expliquer. Comme je lisais la version en ligne, cela signifiait que cette erreur évidente devait être visible pour tout le monde également. Mais lorsque nous en avons parlé, seul mon écran affichait le mauvais titre.

Pour m’assurer que je n’avais pas perdu la tête, j’ai fait une capture d’écran. Ça disait vraiment « Zhuyou Mi » ! J’étais troublée. Qu’est-ce que cela signifiait ? Toute la journée, mes pensées ont tourné autour de ce titre erroné dans la Cinquième Leçon. Ce n’est que lorsque j’ai regardé à l’intérieur le soir, dans le calme, que j’ai compris que c’était un indice du Maître. Je devais rejeter le sentiment d’être fatiguée par la pensée droite et un fort « Mie », qui n’était rien d’autre qu’une interférence des forces anciennes.

Le Maître dit :

« C’est que vous avez déjà pris l’habitude de relâcher votre conscience principale, et dès que vous fermez les yeux, vous perdez votre conscience principale, elle n’est plus là, vous avez déjà pris cette habitude. » (Huitième Leçon Zhuan Falun)

Après cette prise de conscience, j’ai décidé de me lever encore plus tôt et de faire les deuxième et cinquième exercices avec mon mari avant l’étude du Fa. Dans le passé, j’avais souvent échoué à intégrer les exercices dans ma routine quotidienne. Il n’était pas rare que j’échoue à faire ne serait-ce qu’un seul exercice parce que j’étais très occupée et que j’avais fixé mes priorités sur le travail, et non sur les exercices. J’ai demandé au Maître : «  Maître, aidez-moi s’il vous plaît ! Je veux vraiment cultiver solidement, apprendre le Fa et toujours utiliser ma conscience principale. »

Avec la pensée droite et l’aide du Maître, j’ai pu briser ce cercle vicieux. Maintenant, j’étudie le Fa tous les jours et j’arrive à faire les cinq exercices plusieurs fois par semaine.

Le rapport de Minghui

Le rapport de Minghui : Les 20 ans de persécution du Falun Gong en Chine a été publié en allemand en 2021. J’ai aidé à la traduction de l’anglais. Lorsqu’un groupe a décidé d’imprimer le livre dans une édition à couverture rigide de haute qualité à l’automne, il était naturel pour moi de soutenir ce projet.

Lors d’une première réunion de projet, notre petite équipe a réalisé que nous devions d’abord lire le rapport de plus de 500 pages. Lorsque nous avons remarqué des erreurs et des formulations inappropriées, nous avons décidé de réviser à nouveau l’ensemble du rapport. Nous l’avons corrigé minutieusement, section après section, ce qui a pris plusieurs mois. Ce projet a constitué un défi supplémentaire pour nous tous, car nous devions nous acquitter de nos tâches habituelles de traduction, de nos familles et de nos emplois.

En même temps, nous réfléchissions à la manière dont nous pourrions commercialiser le rapport par la suite. Lorsque je suis tombée sur la Foire du livre de Leipzig sur Internet, apparemment par hasard, l’équipe a vu là une bonne occasion d’attirer l’attention sur le livre. Nous avons souscrit une version préliminaire du rapport de Minghui et avons travaillé assidûment à la traduction. Mais une fois celle-ci terminée, des problèmes sont apparus avec le fichier d’impression, qui était mal formaté. Lorsque ce problème a finalement été résolu, le livre est parti à l’impression. Peu de temps après, nous avons été informés que la Foire du livre de Leipzig avait été annulée.

J’étais à la fois déçue et soulagée. Soudain, l’immense stress des derniers mois a disparu. J’avais l’impression que le seul but de l’inscription à la foire du livre était d’accélérer l’impression du rapport.

La tâche suivante consistait à concevoir un site web pour la maison d’édition Minghui nouvellement fondée. En suivant le Minghui Publishing Center de New York, nous avons essayé de mettre en œuvre leurs exigences le plus fidèlement possible. Cela nous a posé des problèmes supplémentaires, car des lois complètement différentes s’appliquent en Allemagne. Les exigences relatives à l’empreinte, à la protection des données et aux conditions générales ont constitué à elles seules un énorme défi pour notre équipe, qui n’a pu le relever qu’au prix d’un travail minutieux et de nombreuses recherches. En outre, nous avons dû rédiger des textes supplémentaires, intégrer des modules de révision et demander des évaluations pour le rapport de Minghui. Tout cela s’est déroulé très lentement.

Lorsque les livres ont finalement été prêts à être livrés, notre équipe a dû faire face à l’obstacle suivant : où entreposer 1000 livres ? Nous avons d’abord écarté l’idée de louer des unités d’entreposage en raison de leur coût. Mon mari et moi avons fait de la place dans notre appartement de deux pièces et demie, déjà très exigu. Un appel à l’aide a été lancé aux pratiquants et nous avons organisé des soutiens supplémentaires afin de pouvoir décharger les livres, qui devaient être livrés sur trois palettes. Finalement, tout s’est déroulé comme sur des roulettes. Les livres ont été livrés par une société de transport 15 minutes avant l’échéance. Une demi-heure plus tard, ils étaient déjà entreposés dans notre appartement. Nous ne nous attendions pas à ce que tout aille si vite. Sans l’aide du Maître, cela n’aurait pas été possible. Sa présence a été clairement ressentie.

Avec la livraison des livres, le vrai travail a commencé. Les livres précommandés par les pratiquants devaient être préparés pour être expédiés pendant le week-end, et les factures devaient être faites. Avec mon mari, je m’étais chargée de cette tâche. Mais ce qui manquait, c’était le temps. Comme mon mari était fortement impliqué dans d’autres projets ces jours-là, une grande partie de l’emballage des plus de 200 livres commandés m’incombait. Comment allais-je faire ? J’ai émis la pensée droite et demandé l’aide du Maître. Le lendemain, toutes les fournitures étaient emballées, certaines dans des paquets pesant jusqu’à 25 kg. Comme nous n’avions pas de véhicule, nous avons dû à nouveau demander de l’aide. Heureusement, une voisine nous a prêté sa voiture, ce qui nous a permis de surmonter également cet obstacle.

D’autres tâches telles que la facturation, la comptabilité, l’envoi de rappels en cas de non-paiement ou l’envoi de livres en dehors de l’Union européenne nous ont posé sans cesse de nouveaux défis. Parfois, j’étais au bord du désespoir. Chaque fois, de nouvelles tâches s’empilaient devant moi comme une montagne. À cause de cela, j’ai pris conscience de mon habitude de faire les choses à la dernière minute, surtout en comptabilité. Puis, je me suis souvenue de l’enseignement du Maître :

« Au milieu des conflits, nous disons “un pas en arrière et la mer est vaste, le ciel immense”, on verra les choses autrement, c’est sûr. » (Neuvième Leçon, Zhuan Falun)

Avec les conseils de Dafa et l’aide du Maître, j’ai appris tout au long des années avec Minghui à mettre un pied devant l’autre, et j’ai ainsi appris à me familiariser avec des sujets complètement nouveaux, étape par étape.

D’après ce que je comprends, le rapport de Minghui ne vise pas seulement à vendre des livres, mais surtout à cultiver. Je suis consciente que la nouvelle maison d’édition Minghui, dont je fais partie, jouera un grand rôle dans le monde des gens ordinaires. Avec la pensée droite et la puissance de Dafa, nous serons capables d’accomplir toutes les tâches requises.

Le Maître dit :

« Tout cela a été créé par vous, il y a encore beaucoup de choses à faire devant vous, jusqu’au jour où vous atteindrez la plénitude parfaite. Vous avez traversé la période la plus difficile, ce qui reste n’est plus si difficile, il vous suffit de faire encore mieux. Plus vous vous sentez sans espoir, plus il est possible que l’espoir soit juste devant vous. En particulier quand vous vous ennuyez beaucoup, il est possible que vous soyez en train d’établir votre vertu majestueuse. Mon espoir est que vous puissiez vraiment bien coopérer et être emplis de pensées droites, que lorsque vous rencontrez des problèmes vous cherchiez à l’intérieur, que vous ayez le même enthousiasme que celui que vous aviez quand vous veniez d’entrer dans le xiulian. » (« Qu’est-ce qu’un disciple de Dafa ? » Enseignement du Fa dans les conférences XI)

Amis pratiquants de Minghui, établissons ensemble la puissante vertu de Dafa afin que nous puissions accomplir nos vœux ensemble et réaliser notre contribution à la rectification de Fa dans le cadre du projet Minghui.

Merci vénérable Maître. Merci à vous compagnons de cultivation.

(Présenté lors de la conférence de partage d’expérience des équipes multilingues de Minghui 2022)

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais