(Minghui.org) Après la publication de l’article « EnChine, plus de 400 millions de personnes sont mortes de la COVID depuis que la pandémie a éclaté il y a trois ans » sur Minghui.org, de nombreux pratiquants ont voulu vérifier que les chiffres de 400 millions, 500 millions et 200 millions mentionnés dans l’article ont bien été dits par le Maître, puisqu’ils ne voulaient pas transmettre d’informations inexactes.

L’équipe éditoriale de Minghui a alors publié « Confirmation » pour confirmer que ces chiffres provenaient bien du Maître. Après cela, cependant, certains pratiquants ont commencé à se demander pourquoi le Maître n’avait pas écrit d’article sur le nombre de morts de la COVID en Chine ou si l’équipe éditoriale de Minghui répandait des commérages. Choqués par ces chiffres, d’autres pratiquants ont eu du mal à croire à un nombre aussi élevé de morts, d’autant plus qu’ils n’avaient pas vu beaucoup de morts autour d’eux.

Ces observations m’ont beaucoup fait réfléchir. Les Neuf commentaires sur le Parti communiste ont été publiés il y a plus de dix ans. Les gens savent d’après le livre que le Parti communiste chinois (PCC) est pervers, mais ils ne savent peut-être pas vraiment à quel point le régime est vicieux. Si une personne s’appuie principalement sur son expérience personnelle pour juger le PCC, les informations qui sont au-delà de ce qu’on sait peuvent sembler incroyables. De plus, certaines personnes ne font confiance qu’aux soi-disant preuves scientifiques, mais une telle pensée pourrait être trompeuse.

Certains pensent que si 400 millions de personnes sont effectivement mortes de la COVID au cours des dernières années, elles auraient dû remarquer le décès de personnes qu’elles connaissaient. Cependant, la valeur moyenne d’un échantillon ou d’une population ne signifie pas que chaque observation spécifique est identique à la moyenne. En fait, la peste s’en prend aux gens en raison de leurs dettes karmiques. Si tout le monde dans une famille est droit, alors personne dans la famille ne mourra de la COVID. D’un autre côté, si tout le monde dans une autre famille est fortement impliqué dans les prélèvements forcés d’organes, presque tous perdraient probablement la vie à cause de la COVID. En d’autres termes, le taux de mortalité de la première famille sera nul et celui de la deuxième famille sera de près de 100 %, même si le taux de mortalité moyen est compris entre zéro et un.

Si nous ne connaissons que la première famille, nous pouvons penser que tout va bien et douter du nombre élevé de morts. Ainsi, nous ne pouvons pas nous fier à notre expérience personnelle ou aux valeurs moyennes « scientifiques » pour évaluer l’image complète des situations, car nous ne pouvons voir qu’un arbre et non la forêt.

De plus, les gens ne peuvent pas voir les dettes karmiques des autres ou leurs autres circonstances spécifiques. Par exemple, pendant les confinements, nous avons rarement vu d’autres personnes et nous ne savons peut-être pas ce qu’elles ont vécu. Même si certains sont morts, nous ne le saurons peut-être pas immédiatement pour diverses raisons. Ainsi, ce que nous pensons savoir sur notre environnement peut ne pas être à jour ou exact.

Le « dieu de la peste » sait qui cibler et ne fera pas de mal à une seule personne innocente. Le dieu de la peste ne suit pas non plus les preuves soi-disant « scientifiques » pour cibler un pourcentage spécifique de personnes. Le seul critère est que les cibles sont celles qui ont commis de mauvaises actions. Seul le PCC ciblerait les citoyens par quota, par exemple en classant 5 % des gens comme étant de droite et en les réprimant.

La plupart des gens en Chine obtiennent leurs informations des médias publics et d’Internet (y compris des plateformes de médias sociaux hautement censurées). La plupart de ces informations sont pro-PCC. Nous pouvons avoir tendance à penser que la Chine prospère en lisant les informations censurées, jusqu’à ce que des tragédies frappent. Par exemple, supposons que la propagande gouvernementale prétende que tout va bien, alors que nous savons qu’une catastrophe majeure a anéanti la moitié de la population de notre propre région. Dans ce cas, nous nous demanderions certainement où sont tous les autres et commencerions à douter de l’image glorieuse dépeinte par la propagande.

Le PCC est très doué pour dissimuler les catastrophes et manipuler les chiffres. Des informations crédibles ont montré qu’au moins 45 millions d’habitants chinois ont perdu la vie pendant la Grande Famine (1959-1961). C’était 7 ou 8 % de la population totale de 600 millions à l’époque. Mais de nombreux habitants des zones urbaines n’ont peut-être pas connu ou remarqué le nombre élevé de morts. Lors de chaque campagne politique, le PCC a toujours ciblé un groupe de personnes et incité le reste de la population à attaquer celle-ci. En conséquence, la plupart des gens se sentiraient en sécurité, puisqu’ils appartenaient à la « majorité » et ne prendraient pas la peine de vérifier ce qu’il était advenu des « contre-révolutionnaires » ou d’autres groupes ciblés. Mais le triste fait est que le groupe « sûr » est souvent la cible de la prochaine campagne politique.

Selon les Neuf commentaires, Mao Tsé-toung recommandait en 1951 : « Dans les zones rurales, pour tuer les contre-révolutionnaires, il faut tuer plus d’un millième de la population totale. ... Dans les villes, il devrait être inférieur à un millième. » Compte tenu de ce quota, 600 000 personnes perdraient la vie. Mao n’était pas seul. Tao Zhu, qui était classé quatrième dans le PCC, a également donné un ordre pour la réforme agraire, « Effusion de sang dans les villages, lutte dans chaque foyer ». Cela signifiait que, dans chaque village, les propriétaires terriens devaient mourir.

Après des décennies de pratique, le PCC est un système bien huilé capable de fabriquer des mensonges, de les justifier par des mensonges supplémentaires et de répandre les mensonges à l’échelle mondiale. Tout ce qui l’intéresse, c’est de conserver son pouvoir, pas le bien-être des gens. En tant que telle, la vérité ne peut jamais être trouvée dans les annonces officielles ou les médias appartenant à l’État. Beaucoup de gens se sont habitués à croire les informations censurées, pas la vérité. Pas étonnant que certains aient été choqués par le nombre élevé de morts révélé par le Maître.

Quiconque conteste les politiques brutales ou les chiffres « officiels » du PCC pourrait faire face à de graves représailles. Cela est arrivé à la persécution du Falun Gong, au déclenchement de la pandémie et au récent nombre de morts de la COVID en Chine. Mais le divin veille, et nous devrions être lucides.

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits dauteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais