(Minghui.org)

Nom : Tang Changjun

Nom chinois : 唐常俊

Sexe : Féminin

Âge : 74 ans

Ville : Wuhan

Province : Hubei

Profession : Aucune

Date du décès : 17 décembre 2022

Date de la dernière arrestation : 12 avril 2019

Dernier lieu de détention : Prison de Hankou

Une habitante de 74 ans de la ville de Wuhan, dans la province du Hubei, est décédée 66 jours après avoir fini de purger sa peine de trois ans et demi de prison pour avoir maintenu sa foi dans le Falun Gong, une discipline de l’esprit et du corps que le Parti communiste chinois persécute depuis juillet 1999.

Mme Tang Changjun a été libérée de la prison de Hankou le 12 octobre 2022. Elle était incapable de marcher, avait des troubles de l’élocution et était émaciée. Malgré cela, le comité local de la rue (un responsable du Parti) l’a harcelée à deux reprises chez elle, essayant de la forcer à renoncer à sa foi. Elle est décédée le 17 décembre.

Mme Tang vivait dans la zone résidentielle de Shuilu, dans le district de Wuchang, dans la ville de Wuhan. Elle s’est rendue à Hankou, dans la même ville, pour rendre visite à son petit-fils le 12 avril 2019. En rentrant chez elle cet après-midi-là, elle a dit à d’autres passagers du métro que le Falun Dafa est bon. La police du métro l’a remarquée et l’a arrêtée. Vers 22 heures, ils l’ont emmenée au poste de police local de Ziyanglu, qui a refusé de l’accepter.

La famille de Mme Tang a exhorté la police du métro à la libérer, mais celle-ci a refusé et l’a placée dans leur voiture de police . Ils l’ont remise au Bureau de la sécurité intérieure local avant de la retourner à son domicile. Sa famille a opposé une forte résistance lorsqu’ils ont tenté de procéder à une rafle de son domicile.

Le lendemain matin, le Bureau de la sécurité intérieure et le poste de police de Ziyanglu sont retournés au domicile de Mme Tang avec un mandat de perquisition. Ils ont confisqué son ordinateur, son imprimante et d’autres effets personnels.

Mme Tang a d’abord été détenue au premier centre de détention de la ville de Wuhan, puis transférée à l’hôpital de police d’Ankang. Sa famille n’a pas été autorisée à lui rendre visite à ces deux endroits.

Le procureur Gao Shang du parquet du district de Hanyang a émis un mandat d’arrêt officiel contre Mme Tang le 14 mai. Il l’a ensuite inculpée et a transmis son dossier au tribunal du district de Hanyang vers le 6 novembre 2019.

Le tribunal a tenu une audience virtuelle de l’affaire de Mme Tang le 10 septembre 2020 à 14 heures. Le juge président était Yu Lijin et ses deux juges adjoints étaient Li Guofen et Yuan Ping. Le greffier était Li Hui. Aucun membre de la famille n’a été autorisé à assister à l’audience.

Mme Tang a défendu son innocence. Ses avocats ont plaidé non coupable et demandé son acquittement.

Néanmoins, le juge Yu a condamné Mme Tang à trois ans et demi de prison et lui a imposé une amende de 2000 yuans le 9 novembre 2020. Mme Tang a fait appel, mais il n’a pas été possible de savoir si le tribunal intermédiaire de la ville de Wuhan a rendu une décision. Sa famille et ses avocats sont allés lui rendre visite à l’hôpital de police d’Ankang, mais on leur a dit qu’elle n’y était plus. Personne ne leur a dit où elle avait été envoyée et ils ont cherché partout avant de découvrir qu’elle avait été admise à la prison de Hankou.

Ses êtres chers et ses avocats ont tenté plusieurs fois de lui rendre visite, mais la prison n’a jamais approuvé leurs demandes. Sa famille s’y est rendue plusieurs fois de suite, mais chaque fois les visites leur ont été refusées.

Depuis le début des persécutions en 1999, Mme Tang a été arrêtée à de nombreuses reprises et détenue dans des centres de lavage de cerveau, des centres de détention, des hôpitaux et des prisons.

Le 23 juillet 1999, trois jours après le début des persécutions, Mme Tang a été arrêtée par le poste de police local de Ziyanglu.

Le 3 octobre 2000, le bureau Feng Xiaoguang du poste de police de Ziyanglu a fait irruption au domicile de Mme Tang au milieu de la nuit et l’a emmenée au centre de lavage de cerveau de Hongxia, situé dans le district de Wuchang.

De nombreux slogans anti-Falun Gong étaient peints sur le mur du centre de lavage de cerveau. Mme Tang et d’autres pratiquants détenus les ont tous enlevés. Elle a été punie et a reçu l’ordre de rester debout face au mur pendant plus de dix heures.

Elle a ensuite été transférée au premier centre de détention pour femmes d’Etouwan, à Hankou, où des fonctionnaires lui ont extorqué 3000 yuans.

Le chef Lan Bin du poste de police de Ziyanglu a dirigé les agents Feng Xiaoguang, Wu et Li qui ont surveillé le domicile de Mme Tang vers 8 heures du matin le 20 février 2003. Ils l’ont arrêtée et l’ont envoyée au centre de lavage de cerveau de Yangyuan, dans le district de Wuchang. Les gardiens l’ont menottée à un lit et lui ont attaché les jambes. Ils lui ont tenu la tête et lui ont ouvert la bouche avec une cuillère en métal.

Mme Tang a tenu fermement à sa foi et ils l’ont envoyée dans un centre de détention local. Après y avoir été détenue pendant un mois, elle a été emmenée au centre de lavage de cerveau de Yangyuan, où elle est restée deux mois de plus.

Un groupe d’agents a arrêté Mme Tang chez elle le matin du 19 mai 2011 et elle a été emmenée de nouveau au centre de lavage de cerveau de Yangyuan.

Informations sur les responsables de la persécution :

Le juge Yu Lijin : 86+84586576, 86+18717176086

La prison de Hankou

Adresse : 28 Jiangda Road, Région de développement économique du district de Jianghan, ville de Wuhan, province du Hubei, 430024

Ligne principale : 86+27-83556010

Division des affaires pénitentiaires : 86+2783556018/6+2783556186

Inscription des visites : 86+2783556027

Division politique : 86+2783556016

(Plus d’informations sur les responsables de la persécution sont disponibles dans l’article original en chinois.)

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais