(Minghui.org) J'ai commencé à pratiquer le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, en 1996. Lorsque j'ai pris les livres de Dafa chez moi, j'étais dans un dilemme. J'avais hâte de les lire, mais j'étais analphabète. Ma fille m'a donc appris à lire. Le Maître m'a aussi donné de la sagesse. En moins d'un an, j'ai pu lire moi-même tous les livres de Falun Dafa.

J'avais des douleurs dans le bas du dos, des maux de tête et des brûlures d'estomac. Peu de temps après avoir commencé à pratiquer, tous les maux qui me tourmentaient depuis des années ont complètement disparu. Toute ma famille a été témoin du miracle de Dafa.

Un autre miracle s'est produit à l'automne 1997. Alors que j'abreuvais le cheval, celui-ci a pris peur et m'a écrasée avec la charrette. Mon mari était pétrifié, mais je n'ai pas été blessée. J'étais émue aux larmes et j'ai remercié Maître Li, le fondateur de Dafa, de m'avoir protégée.

Cet incident s'est rapidement répandu dans notre village. Tout le monde a fait l'éloge de Dafa. Ma famille a commencé à me soutenir davantage dans ma pratique.

Aller à Pékin pour faire appel du droit de pratiquer

Lorsque je suis allée la première fois à Pékin faire appel pour Dafa, j'avais un exemplaire de Hong Yin avec moi. On m'a arrêtée sur la place Tiananmen. Alors que j'attendais d'être ramenée dans ma ville, les policiers ont essayé de me prendre mon livre. Comme je résistais, ils m'ont menottée à un banc.

De retour au poste de police local, le chef m'a interrogée. Lorsque j'ai insisté sur le fait que je continuerais à cultiver, il m'a giflé violemment, faisant bourdonner mes oreilles. Il m'a enfermée pendant quinze jours.

Ma famille est venue avec un responsable du village pour me ramener à la maison. On leur a ordonné de payer 200 yuans pour ma libération. En chemin, le responsable m'a reproché de causer des problèmes à ma famille. Je lui ai dit que tous mes maux avaient disparu grâce à ma pratique, et que toutes les récoltes dans les champs, sauf la mienne, étaient saccagées à cause des vents violents. Tout cela était dû à Dafa. Il était dubitatif mais n'a rien dit.

En voyant les mensonges calomnieux à la télévision toute la journée, j'ai décidé de plaider une deuxième fois pour Dafa à Pékin. J'ai fait les exercices sur le pont Jinshui, en face de la place Tiananmen, et on m'a à nouveau arrêtée. On m'a condamnée à un an de camp de travaux forcés. Comme je refusais de me « transformer », ils m'ont astreinte à faire des travaux forcés pendant de longues heures. De plus, ils m'ont interdit d'utiliser les toilettes et m'ont privée de sommeil.

Avec la protection du Maître, j'ai survécu à une année de torture et je suis rentrée chez moi saine et sauve. Mais la police locale me harcelait fréquemment. Pour éviter d'autres harcèlements, j'ai déménagé dans une autre ville et j'ai trouvé un emploi. Après un certain temps, j'ai décidé que je devais quand même aller à Pékin pour valider le Fa.

En allant à Pékin pour la troisième fois, j'ai dû changer de train à Shenyang, dans la province du Liaoning, et je me suis perdue. Une petite fille m'a aidée. Elle m'a accompagnée jusqu'à la porte et je suis arrivée à Pékin sans encombre.

J'ai déployé ma banderole sur la place Tiananmen et j'ai crié : « Maître Li est innocent ! Le Falun Dafa est innocent ! » J'avais retenu ce cri dans mon cœur depuis longtemps.

On m'a battue et emmenée au poste de police de Qianmen. En chemin, j'ai crié « Falun Dafa est bon ! »

De nombreux autres pratiquants ont également été détenus dans ce poste de police. Nous avons récité Lunyu ensemble. La nuit, on m'a emmenée dans un endroit éloigné où l'on m'a interrogée. Lorsque j'ai refusé de répondre à leurs questions, les policiers m'ont électrocutée avec des matraques électriques. J'ai encore aujourd'hui des cicatrices sur mon bras.

J'ai été ramenée au poste de police local et détenue pendant dix-sept jours avant d'être condamnée à deux ans de détention dans le camp de travaux forcés de Heizuizi.

J'ai dit aux autres pratiquants du camp de travail que nous ne devions renoncer à Dafa en aucune circonstance. On m'a bâillonnée et battue dans le bureau du capitaine de l'équipe. Ils n'ont pas réussi à me forcer à renoncer à Dafa. Quand ils m'ont ordonné de soumettre mon « rapport de pensée », j'ai écrit : « Je n'ai rien fait de mal en suivant le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance pour être une bonne personne. »

Grâce à ma forte pensée droite, le Maître m'a aidée. Quelques jours plus tard, le camp de travail a dit à ma famille de venir pour me ramener à la maison. Je ne pouvais pas croire que c'était vrai. Une fois de plus, j'ai été témoin de la grandeur du Maître. J'ai remercié le Maître compatissant du fond de mon cœur.

Une cultivation diligente

Avec la bénédiction du Maître et l'aide de mes compagnons de cultivation, en 2014, j'ai commencé à imprimer des documents d'information sur Dafa chez moi. J'ai également mis en place un groupe d'étude du Fa à mon domicile.

Parfois, je livrais des livres de Dafa et des photos du Maître à des compagnons de cultivation, par n'importe quel temps. Je faisais souvent des centaines de kilomètres aller-retour pour livrer les articles. Pour bien faire les trois choses, je me rappelais toujours des enseignements du Maître et je croyais fermement dans le Maître et Dafa. J'ai constamment éliminé mes attachements, élevé mon xinxing et marché sur le chemin arrangé par le Maître.

Cultiver pour éliminer l'attachement à la peur

Je distribue des documents de clarification de la vérité aux gens sur les marchés du village. Au début, je ne distribuais que quelques exemplaires parce que j'étais timide. J'ai récité à plusieurs reprises un poème de Hong Yin pour surmonter la peur :

« Si tu as peur elle t'attrapera

Quand les pensées sont droites la perversité s'écroule

Ceux qui cultivent et pratiquent sont remplis de la Loi

En émettant la pensée droite les diables pourris explosent

Divinités dans ce monde validez la Loi »

(Qu'y a-t-il à craindre, Hong Yin II)

J'ai émis la pensée droite plus fermement pour éliminer la perversité qui m'intimidait. Comme ma pensée droite devenait plus forte, j'avais moins peur. Après cela, j'ai apporté des milliers de documents clarifiant les faits au marché.

Deux agents de police sont venus me harceler chez moi, mais je n'avais pas peur. Je leur ai parlé poliment et leur ai donné des pop-corn. Ils ont dit que j'étais gentille et m'ont demandé quel âge j'avais. Quand ils ont appris que j'avais 67 ans, ils ont dit que j'avais l'air d'avoir la cinquantaine.

Les agents voulaient filmer ma chambre. Je leur ai clarifié les faits concernant le Falun Dafa et les ai exhortés à démissionner du Parti communiste chinois (PCC). Ils semblaient s'être éveillés.

Éliminer le karma de maladie en six jours

Le 16 janvier 2022, alors que j'imprimais des documents de clarification de la vérité, j'ai eu soudainement des frissons. J'avais également des douleurs dans le bas du dos et au bas de l'abdomen. Je savais que c'était une interférence. J'ai nié les forces anciennes et émis la pensée droite pour les éradiquer.

Le 22 janvier, tous les symptômes de la maladie avaient disparu. Après avoir éliminé le karma de maladie en six jours, j'ai réalisé profondément que tout ira bien tant que je reste sur le bon chemin.

Surmonter les tribulations

Quelques jours avant le festival de la mi-automne 2021, des compagnons de cultivation et moi-même sommes sortis pour clarifier la vérité aux gens en personne et avons été arrêtés. J'ai continué à clarifier la vérité dans le centre de détention et sept personnes ont démissionné du PCC. J'ai été libérée douze jours plus tard.

Le 4 mars 2022, notre ville était fermée à cause de la pandémie. Le personnel de prévention de la pandémie, habillé en blanc, était partout, à l'affût. C'était le jour où je devais préparer des documents de clarification de la vérité dans un autre endroit. Protégée par le Maître, j'y suis allée et je suis rentrée chez moi en toute sécurité sans être arrêtée.

Malgré le confinement, je n'ai pas cessé de sauver des gens. J'ai distribué des documents contenant des informations sur le Falun Gong et la persécution dans de petites communautés.

Au cours des vingt dernières années, j'ai été arrêtée six fois et j'ai chaque fois échappé aux tribulations en toute sécurité grâce à ma ferme croyance dans le Maître et Dafa. D'une femme au foyer de village sans éducation à une pratiquante de Dafa, je suis devenue quelqu'un qui peut lire tous les livres de Dafa et utiliser des ordinateurs pour télécharger des informations. Je peux également imprimer moi-même des documents d'information. Pour la plupart des gens, cela serait inimaginable. Sans Dafa, je ne serais pas capable de faire tout cela.

Au cours de ces années de cultivation, j'ai éprouvé des joies ainsi que des regrets en surmontant les difficultés. Je remercie sincèrement le Maître pour sa compassion sans limite et mes compagnons de cultivation pour leur aide désintéressée. Je suis également reconnaissante de la compréhension et du soutien des membres de ma famille.

Avec le peu de temps qu'il me reste, je dois accomplir mes vœux et bien faire les trois choses. Je pratiquerai plus diligemment et retournerai chez moi avec le Maître.

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d'auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l'anglais