(Minghui.org) La situation de la COVID s’est soudain aggravée dans de nombreux endroits en Chine depuis novembre 2022. Des quartiers ont été confinés les uns après les autres. Les gens ont paniqué et ont stocké des provisions et des fournitures.

Notre quartier a été confiné le 23 novembre, et les résidents n’ont pas été autorisés à sortir, sauf pour faire des tests COVID. Trois personnes vivaient avec moi à ce moment-là, ma belle-sœur Jun (qui pratique également le Falun Dafa comme moi) et ma fille Jie (qui ne pratique pas le Falun Dafa). Ni Jun ni moi n’avons fait de tests COVID ni n’avons cru à la propagande du PCC sur la pandémie. Ma fille, exerçant une profession libérale, a uniquement fait les tests exigés par son travail.

Jie a eu de la fièvre le 24 novembre, ainsi que des nausées et des vomissements. J’ai pensé que son problème d’estomac se manifestait à nouveau. Bien que n’étant pas pratiquante de Falun Dafa, elle a toujours soutenu la méthode.

Jie se sentait très mal et ne cessait de vérifier sa température. Elle était toujours à 38 °C, et elle se plaignait de douleurs dans les os. Je lui ai demandé de réciter « Falun Dafa est bon » et « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ». Elle l’a fait, mais sa douleur a persisté. Jun a passé des cassettes audio des enseignements du Maître pendant tout un après-midi pour que Jie les écoute, mais Jie souffrait de douleurs dans les os.

Le lendemain, Jie avait toujours des douleurs dans tout le corps. Jun a également commencé à se sentir mal : son estomac la tracassait, et elle a commencé à tousser et à se sentir fatiguée. J’avais aussi mal à la gorge et je toussais un peu.

Cet état anormal s’étant montré, j’ai commencé à étudier le Fa, à émettre la pensée droite et à regarder en moi. J’ai réalisé que l’épreuve était aussi une opportunité pour m’améliorer et m’élever. Dans le passé, lorsque je regardais à l’intérieur, je ne faisais qu’effleurer la surface sans creuser plus profondément pour trouver mes attachements. Mais cette fois-ci, j’ai pu identifier certaines conceptions profondément ancrées qui avaient dominé ma vie, ainsi que certains schémas de pensée difficiles à trouver. J’ai continué à émettre la pensée droite pour les éliminer. Je sentais déjà mon corps plus léger et plus propre.

Je me suis souvenue de ce que le Maître a dit :

« Vous avez appris Dafa, que vous rencontriez une bonne ou une mauvaise situation, c’est toujours une bonne chose. » (Enseignement du Fa à la conférence de Fa à San Francisco en 2005)

C’était vraiment comme cela. J’ai traité mes « symptômes » comme une bonne chose, m’incitant à regarder en moi et à m’améliorer. Je n’ai pas eu de nouveaux symptômes.

J’ai ensuite vérifié l’état de ma fille. Jie avait toujours de la fièvre et des douleurs dans les os. Je suis devenue anxieuse, craignant qu’elle puisse souffrir d’autres problèmes de santé si elle continuait à avoir de la fièvre après deux jours. Je devais faire baisser sa fièvre. Mais les médicaments contre la fièvre étaient tous épuisés. J’ai appelé une compagne de cultivation dont le mari avait l’habitude de garder des suppléments de médicaments à la maison. Ils ont réussi à me livrer le médicament contre la fièvre.

Jie s’est endormie après avoir pris le médicament. J’ai commencé à étudier le Fa. Dès que j’ai ouvert le livre, une pensée m’est venue à l’esprit : « Tu n’as pas passé le test de la sentimentalité. »

Choquée, ma pensée a répondu : « Jie n’est pas une pratiquante. J’ai peur qu’elle ne puisse le supporter. »

« Si tu étais restée imperturbable vis-à-vis de sa fièvre une heure de plus, tu aurais réussi le test. En abandonnant la sentimentalité, tu te serais élevée, et Jie aurait éliminé une grande partie de son karma. Elle endure aussi un peu de karma pour toi. Ce test est également pour te faire abandonner l’attachement à la sentimentalité. »

J’ai regretté d’avoir pris les médicaments contre la fièvre, car je n’avais vraiment pas réalisé que c’était un test pour moi.

Le soir, lorsque j’ai discuté avec Jun, j’ai éprouvé du ressentiment à son égard, disant : « Si tu ne m’avais pas suggéré de prendre des médicaments contre la fièvre, j’aurais réussi le test. »

Dès que j’ai dit cela, j’ai réalisé que j’avais à nouveau tort, car le ressentiment était aussi un attachement. Pourquoi devrais-je en vouloir à Jun alors que c’est moi qui m’inquiétais pour Jie ? Je savais que j’aurais quand même tenté d’obtenir le médicament même si Jun ne l’avait pas suggéré. Je n’ai pas réussi le test et j’ai même tenté de rejeter la faute sur Jun. Ces pensées n’étaient pas droites, et je devais les éliminer.

J’ai passé plusieurs jours à chercher mes attachements. Lorsque j’en trouvais et que je les éliminais, ma gorge allait mieux. Lorsque je me sentais paresseuse et que je ne voulais pas rechercher mes attachements en moi, ma gorge me faisait à nouveau mal. J’avais l’impression de traverser un test après l’autre.

Mon mari est décédé il y a presque quatre ans et je n’avais jamais rêvé de lui après sa mort. Le 29 novembre, j’ai rêvé de lui et je me suis plainte à lui d’être épuisée de m’occuper de Jun et Jie. C’était une bonne chose qu’il revienne et désormais il s’occuperait d’elles.

Il m’a regardée sérieusement et m’a dit : « Le Maître veille sur chacun d’entre vous, et ces quelques jours sont une période de test. Non seulement vous n’avez pas réussi à passer le test et à vous élever, mais vous avez également développé de nouveaux attachements. Le Maître est inquiet pour vous. En fait, le virus n’est rien. C’est juste que vous n’avez pas réalisé que c’était un test. »

C’était un rêve si saisissant. Je me sentais désolée d’avoir laissé tomber le Maître. Normalement, je sais que le Maître veille sur nous. Mais pourquoi, au moment critique, mon cœur a-t-il été touché par les symptômes de ma fille ?

J’ai réalisé que l’univers subissait la rectification de Fa, et que les sombres laquais et les démons pourris dans les autres dimensions sont en train de se désintégrer. Mais peu importe ce qui se passe dans la société humaine, le Maître contrôle tout.

Nous, disciples de Dafa, sommes les êtres qui peuvent « Ne plus être dans les Cinq Éléments et sortir des Trois Mondes » (Zhuan Falun). Le virus ne peut pas entrer dans notre espace. Tandis que le virus dans le monde humain est en mutation et que la situation semble grave, tout dépend de la manière dont nous gérons la situation. La gérons-nous selon les critères du Fa ou pas ? Quand nous cultivons dans le monde humain, tout est un test, ainsi qu’une occasion de nous élever et de nous améliorer.

C’est ce que je comprends pour le moment. S’il vous plaît, veuillez signaler tout ce qui est inapproprié.

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et lors d’occasions spéciales.

Traduit de l’anglais