(Minghui.org) J’ai une grande famille qui s’étend sur quatre générations. Mes parents ont plus de 90 ans. J’ai deux fils et plusieurs petits-enfants. Les membres de ma famille ont soit bénéficié de la pratique du Falun Dafa, soit été témoins du pouvoir de guérison du Falun Dafa. Ainsi, lorsque les membres du personnel du comité résidentiel sont venus nous harceler et nous ordonner de renoncer au Falun Gong dans le cadre de la campagne « Plan zéro » visant à forcer chaque pratiquant de Falun Gong figurant sur la liste noire du gouvernement à renoncer à leur croyance, tous mes proches ont résisté et ont pris la parole en faveur de Dafa.

Avant de parler du harcèlement, j’aimerais partager l’histoire de mon père.

En 2019, mon père a eu une pneumonie interstitielle et a été hospitalisé. Malgré le traitement, son état a continué à décliner. Il a ensuite été mis sous respirateur artificiel. Il était cloué au lit, incapable de manger ni d’aller aux toilettes. Les médecins nous ont dit qu’aucun traitement n’était possible. Il a dit que nous devrions commencer à nous préparer au pire.

Ayant été témoin des bienfaits du Falun Dafa sur la santé de ma mère et de la mienne, mon père a décidé de rentrer à la maison et d’apprendre la pratique. Ma mère et moi avons commencé à pratiquer le Falun Dafa il y a 26 ans. Nous avons toutes les deux non seulement retrouvé la santé, mais nous sommes également devenues de meilleures personnes en suivant le principe « Authenticité-Compassion-Tolérance » dans notre vie quotidienne. Toute notre famille, y compris mon père, ont été témoins de nos changements et ont vraiment soutenu notre pratique ainsi que nos efforts pour sensibiliser les gens à la persécution.

« Je crois que le Maître du Falun Dafa prendra aussi soin de moi », a dit mon père.

Après être rentré à la maison, mon père a arrêté tous les médicaments et les injections. À la place, il a commencé à écouter les conférences de Falun Dafa. Le troisième jour, il a mangé du porridge et est allé aux toilettes seul. Graduellement, il a pu faire les cinq exercices de Dafa.

Une semaine plus tard, mon père s’est complètement rétabli.

Mes proches résistent à la campagne « Plan zéro »

Après le début de la campagne nationale du « Plan zéro » du PCC l’année dernière, les autorités locales sont venues chez moi à plusieurs reprises depuis décembre 2020. Elles ont tenté de nous forcer à signer un document renonçant à notre croyance. Je leur ai raconté les histoires positives des membres de ma famille pratiquant le Falun Dafa : « Quand des personnes âgées comme nous ne souffrent pas de maladie et ont une moralité élevée, ils allègent non seulement le fardeau de leurs enfants, mais aussi celui de la société dans son ensemble. »

Certains membres du personnel du gouvernement étaient d’accord avec nous. Certains nous ont dit qu’ils devaient se rendre chez nous parce que c’était leur travail, même s’ils ne le voulaient pas.

Cependant, la secrétaire communautaire n’a pas du tout été émue par notre expérience. Elle a insisté pour que nous signions le document de renoncement et a menacé de suspendre ma pension de retraite et l’allocation de faible revenu de mon deuxième fils. Ce dernier est dans la trentaine, déficient mental et incapable de travailler. Mon mari souffre de thrombose cérébrale depuis seize ans et est également dans l’incapacité de travailler.

À ce moment-là, mon neveu était chez moi. Il a dit : « Tante, et si je le signais à ta place ? Comment survivre sans pension ? » J’ai refusé et je lui ai dit : « Personne ne devrait le signer. Ce n’est bon pour personne. Nous avons tellement bénéficié de la pratique de Dafa, comment pouvons-nous y renoncer ? »

Puis mon père, mon fils aîné, sa femme et leur fils sont arrivés. La secrétaire communautaire est finalement partie, car elle était très consciente qu’aucun membre de ma famille ne coopérerait avec elle.

Mon père a un peu hésité parce qu’il voulait garder sa pension. Je lui ai rappelé que c’était Dafa qui lui avait sauvé la vie et qu’il ne pouvait pas trahir Dafa. Il a compris et a dit : « Maintenant, je sais quoi faire. »

Mon fils aîné a dit qu’il pensait que c’était un test dans notre cultivation. Tous mes frères et sœurs ont partagé la même pensée. Ma sœur cadette a dit qu’elle dirait à ces gens de partir s’ils osaient revenir.

Avant le Nouvel An chinois 2021, les autorités locales ont tenté, à nouveau, de nous forcer à signer le document. À ce moment-là, seuls mes parents étaient à la maison. Mon père a ouvert la porte et a vu six personnes. Il a dit : « Quand allez-vous cesser de nous harceler ? J’ai plus de 90 ans et je n’ai commis aucun crime. S’il vous plaît, ne revenez pas, vous perturbez notre vie quotidienne. Si nous tombons malades à cause de vous, mes enfants vous en feront subir les conséquences. » L’un d’eux a immédiatement dit qu’il ne reviendrait plus.

Le dernier harcèlement venait du directeur de notre poste de police local. Il a appelé mon frère et lui a demandé de signer le document au nom de mon père. Mon frère a refusé : « Mon père a plus de 90 ans. Je ne peux rien signer en son nom. »

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais