(Minghui.org) En tant que pratiquante de Falun Gong, j’ai été la cible de la dernière campagne nationale du Parti communiste chinois (PCC), un effort concerté pour forcer tous les pratiquants de Falun Gong figurant sur les listes noires du gouvernement à renoncer à leur croyance. Lorsque la police a réalisé que je ne signerais jamais de déclaration renonçant au Falun Gong, ils ont décidé de faire pression sur mon mari. Mais après lui avoir parlé, ils ont cessé de me harceler. Qu’a donc dit mon mari ?

Leur dire les faits sur le Falun Gong et comment le PCC ment

Au premier semestre 2021, cinq agents de police, soit quatre juniors et un supérieur, sont venus dans notre communauté résidentielle et ont demandé à mon mari de descendre pour les rencontrer.

L’agent senior a demandé : « Quels sont les avantages pour votre femme de pratiquer le Falun Gong ? »

« Ma femme était en très mauvaise santé », a déclaré mon mari. « Elle a pris toutes sortes de médicaments et a reçu toutes sortes d’injections. Elle n’avait pas d’appétit et était très maigre et faible. Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, sa santé est devenue de mieux en mieux. Elle n’avait plus besoin de prendre de pilules ni de consulter un médecin. Nous sommes mariés depuis des décennies. Non seulement je l’ai vue s’améliorer physiquement, mais aussi moralement. Je dirais que si tout le monde se comportait comme les pratiquants de Falun Gong qui vivent selon Authenticité-Bienveillance-Tolérance pour être bons, la société serait paisible et les normes morales s’amélioreraient à nouveau.

L’agent a dit : « D’accord, nous ne la dérangerons plus. Mais j’ai une autre question : pourquoi sont-ils (les pratiquants de Falun Gong) contre le PCC ? »

Mon mari a répondu : « Ils ne sont pas contre le PCC. Vous pensez cela parce que l’ancien chef du PCC Jiang Zemin a fabriqué des mensonges pour calomnier le Falun Gong et tromper les gens. Les pratiquants clarifient simplement la vérité et exposent les mensonges. Personne ne devrait croire à ces mensonges. Par exemple, vous savez que les « auto-immolations de Tiananmen » étaient fausses, n’est-ce pas ? Pensez-y, cette place est si grande, comment la police a-t-elle pu éteindre le feu en quelques minutes à moins de patrouiller avec des extincteurs ? Si vous regardez de plus près la photo de l’un des immolateurs présumés, même si son visage était brûlé, ses cheveux et ses sourcils étaient toujours intacts. Et la bouteille en plastique remplie d’essence entre ses jambes croisées était intacte ! Comment cela pourrait-il être possible ? Il y a beaucoup d’autres divergences encore. »

Après que mon mari a fini de parler, il a étendu ses bras, prêt à être menottés et arrêté. Mais l’agent senior a dit : « Que faites-vous ? J’ai accepté de ne rien vous faire. Je tiendrai ma parole. Et ce que vous dites a du sens. Désolé de vous déranger. Vous pouvez partir maintenant. »

Ils ne sont jamais revenus.

Survivre à un accident de voiture, rembourser le Maître

Mon mari travaillait hors de la ville et devait se lever tôt le matin et rentrer très tard le soir. Le 12 décembre 2012, il a été renversé par une voiture alors qu’il rentrait chez lui.

Il faisait du vélo et soudain, il a eu l’impression d’aller vite. Il a regardé en arrière et a vu une voiture juste derrière lui, poussant son vélo ! C’était une situation très dangereuse. Il a réussi à garder son sang-froid et a freiné très fort avant de sauter. Puis il a vu la voiture écraser le vélo. Il serait peut-être mort s’il n’avait pas sauté.

Plusieurs chauffeurs de taxi ont été témoins de ce qui s’était passé et ont arrêté le conducteur de la voiture, un jeune homme. Quelqu’un a appelé la police tandis qu’une autre personne a contacté l’hôpital voisin. L’ambulance a emmené mon mari à l’hôpital, où une radiographie a montré que ses troisième et quatrième vertèbres étaient fracturées. Le médecin a suggéré de l’opérer tout de suite.

Mon mari n’a pas voulu se faire opérer. Il pensait que le chauffeur ne voulait pas le frapper et qu’il n’aurait peut-être pas les moyens de se payer une opération de 24 000 yuans. Il a demandé à être traité en ambulatoire et le médecin a accepté.

En pensant à l’accident, mon mari a dit qu’il pensait qu’il avait survécu parce que le Maître l’avait protégé. Il a dit : « Je ne sais pas comment exprimer ma gratitude envers Maître Li, mais je le remercierai de mes paroles et de mes actes. »

Depuis lors, il m’a activement aidée à exhorter les gens à démissionner du PCC et de ses organisations affiliées, ainsi qu’à aider les compagnons de cultivation en difficulté. Il dit toujours aux gens : « (Démissionner du PCC) est pour votre propre bien. Cela vous sauve la vie sans vous coûter un centime, alors pourquoi pas ? Si Authenticité-Bienveillance-Tolérance est mauvais, alors qu’est-ce qui est bon ? S’il vous plaît, réfléchissez bien et n’écoutez pas la propagande. Je fais confiance à ma femme et vous pouvez voir à quel point nous sommes en bonne santé. »

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais