(Minghui.org) Mme Ji Yunzhi, âgée de 65 ans, de la ville de Chifeng, en Mongolie intérieure, souffrait de colite, de néphrite, d’une hernie discale lombaire et de vertiges, entre autres problèmes de santé. Elle a recouvré la santé en 1996, trois mois après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, une discipline spirituelle ancestrale fondée sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et comprenant cinq exercices.

En raison de la popularité du Falun Gong, le Parti communiste chinois (PCC) a ordonné le 20 juillet 1999 une campagne de persécution à l’échelle nationale, visant à éradiquer le Falun Gong de Chine. Depuis lors, Mme Ji a été arrêtée et condamnée à deux peines en camp de travaux forcés, au cours desquelles elle a été torturée jusqu’à devenir paralysée pour ne pas avoir renoncé à sa croyance. Elle a également été harcelée à plusieurs reprises par les autorités après sa libération.

Le 9 septembre 2021, le domicile de Mme Ji a été saccagé et nombre de ses biens ont été confisqués. La police avait prévu de l’arrêter, mais elle s’est ravisée lorsqu’elle a vu à quel point elle était mal en point après avoir reçu des décharges électriques répétées dans le camp de travaux forcés.

Voici ce que Mme Ji a enduré.

Trois ans de travaux forcés

Mme Ji a été arrêtée le 24 juin 2001 et emmenée au Bureau de la sécurité publique de Zuoqi, où elle n’a pas été autorisée à dormir pendant deux nuits. Elle a également été menacée, forcée à se tenir debout et battue. Son neveu a été arrêté et condamné à une amende de 200 yuans pour avoir écrit « Falun Gong sera redressé tôt ou tard » sur un morceau de papier.

La police a menotté Mme Ji à une chaise pendant une nuit avant de l’emmener à la ville de Chifeng le lendemain. Elle a alors été forcée de marcher, battue et de nouveau privée de sommeil.

Mme Ji a ensuite été transférée au centre de détention de Yuanlinlu. On lui a donné des gâteaux de maïs à presque tous les repas et on l’a forcée à faire des travaux forcés pendant plus de dix heures chaque jour. Il lui était interdit de faire les exercices de Falun Gong. Si elle refusait de coopérer, elle était suspendue et menottée. Les gardiens ont refusé de la laisser descendre à l’heure des repas jusqu’à ce qu’elle menace de faire une grève de la faim.

Reconstitution de torture : Suspendre et menotter

Lorsque Mme Ji a été menottée, les gardiens lui ont giflé la bouche. Elle a ensuite été condamnée à trois ans de travaux forcés. Lorsqu’elle a refusé de signer les documents, les gardiens ont saisi sa main et ont apposé l’empreinte de son pouce sur le document.

Dans le camp de travaux forcés de Tumuji, Mme Ji et d’autres pratiquants n’avaient pas le droit de croiser les jambes, d’interagir avec qui que ce soit ou d’aller aux toilettes si nécessaire. Ils n’avaient pas le droit de fermer les yeux lorsqu’ils s’asseyaient, sinon les gardiens pensaient qu’ils pratiquaient la méditation du Falun Gong. Ils étaient surveillés de près et parfois battus par des détenus à l’instigation des gardiens. Un gardien les insultait souvent.

Le 13 octobre 2001, Mme Ji et d’autres pratiquants se sont mis en grève et ont refusé de travailler pour protester contre la persécution. Le camp de travail a engagé des membres de gangs locaux et plusieurs agents de police ont été envoyés au camp de travail.

Lorsque Mme Ji a tenté d’expliquer à la direction du camp de travail les raisons de leur grève, des détenus l’ont fait sortir et l’ont traînée jusqu’à une porte. Elle a ensuite été emmenée dans une pièce et a reçu des décharges électriques sur le visage. Mme Ji est devenue incontinente et s’est évanouie après deux heures de traitement.

Illustration de torture : Administrer des décharges électriques

Le lendemain, Mme Ji ne pouvait pas s’occuper d’elle-même et n’avait pas d’appétit. Cependant, les gardiens ont soutenu que Mme Ji faisait semblant d’être malade et l’ont menacée. Vingt jours plus tard, elle a été transférée dans une autre équipe et on lui a ordonné d’effectuer les travaux forcés. Elle a refusé et a été battue. Bien que Mme Ji avait des difficultés à marcher, les autres pratiquants n’étaient pas autorisés à l’aider à porter sa nourriture, et les autorités ont menacé de la faire mourir de faim. Tous ceux qui ont essayé d’aider Mme Ji ont été victimes d’insultes.

Les gardes ont emmené Mme Ji à l’hôpital, où les médecins ont procédé à un examen physique hâtif et ont déclaré qu’elle n’était pas malade. Par la suite, les gardiens ont redoublé d’audace pour la torturer.

Une fois, Mme Ji a eu une crise d’épilepsie lorsqu’elle a été emmenée à l’hôpital. La police l’a laissée sur le sol et ne lui a pas fourni de soins. Après avoir repris connaissance, elle a été ramenée au camp de travail sans être examinée.

Une autre fois que Mme Ji a été emmenée à l’hôpital pour un examen physique, le médecin, qui était de connivence avec le camp de travail, a dit que Mme Ji était en bonne santé. Mme Ji, qui souffrait d’une atrophie musculaire dans un bras, a critiqué l’équipe médicale devant les autres patients. Une infirmière du camp de travail s’est mise en colère et a traîné Mme Ji par son mauvais bras chez un spécialiste. L’infirmière a dit au spécialiste que Mme Ji avait reproché à l’hôpital de ne pas avoir les compétences médicales nécessaires pour la diagnostiquer correctement, afin que le spécialiste soit tellement furieux qu’il refuse de l’examiner. Mais le spécialiste n’était pas dupe et a examiné Mme Ji avec soin. Il lui a diagnostiqué une épaule gelée.

De retour au camp de travail, le capitaine Guo a trouvé un autre médecin pour examiner Mme Ji. Un garde a tiré Mme Ji par son mauvais bras, la faisant trembler de douleur. Le garde a demandé au médecin de lui faire une injection de cortisone, mais le rythme cardiaque de Mme Ji était supérieur à 200 battements par minute et il a refusé.

Mme Ji ne pouvait plus s’occuper d’elle-même, alors le gardien l’a traînée dehors dans le froid glacial pendant que d’autres pratiquants étaient forcés d’écraser du maïs. Une fois, le camp de travail nettoyait la fosse d’aisances et les gardes ont traîné Mme Ji pour la forcer à la sentir. Mme Ji était dans un état critique à cause de toutes ces tortures et elle souffrait d’une constipation sévère.

Le camp de travail a également empêché sa famille de lui rendre visite. Sa sœur a un jour pleuré et s’est agenouillée sur le sol, suppliant les autorités de la laisser entrer. Grâce aux efforts persistants de sa famille pour la secourir, Mme Ji a été libérée pour raison médicale en février 2002, soit près de huit mois plus tard.

Harcelée à plusieurs reprises après sa libération

Après son retour chez elle, la famille de Mme Ji l’a emmenée à l’hôpital, où on lui a diagnostiqué une atrophie musculaire, une neuropathie et une maladie cardiaque. Pendant des mois, elle n’a pas pu marcher ni se tenir debout, et elle sentait son cœur battre la chamade dès qu’elle entendait un bruit.

Les autorités locales ont harcelé Mme Ji après le début de son rétablissement. Une femme du comité de quartier est venue lui dire que le maire voulait lui parler. Mme Ji a dit qu’elle ne pouvait pas y aller en raison de son état de santé et a raconté à la femme les tortures qu’elle avait subies. Au moment où la femme s’apprêtait à partir, le maire et trois autres agents ont fait irruption. Mme Ji a essayé de leur parler du Falun Gong et de la persécution. Lorsqu’elle a commencé à avoir des convulsions, le groupe a rapidement appelé une ambulance et est parti.

Un jour, les membres du comité de quartier ont tenté de harceler Mme Ji. Comme elle n’était pas chez elle, ils ont appelé son mari et lui ont demandé de venir avec eux pour chercher Mme Ji.

En 2007, la Commission des affaires politiques et juridiques a trompé le mari de Mme Ji afin qu’il coopère avec eux et lui fasse subir un lavage de cerveau. Ils ont trouvé un ancien pratiquant qui avait renoncé au Falun Gong et ont ordonné à son mari d’emmener cette personne chez lui pour « transformer » Mme Ji. Mme Ji a refusé d’obtempérer.

Plus tard, le directeur de l’entreprise où Mme Ji travaillait lui a demandé de venir pour une réunion. Ses enfants lui ont dit que les autorités essayaient de l’emmener au centre local de lavage de cerveau. Elle a tenté de s’échapper, mais ses proches l’ont arrêtée.

Lorsque la police est arrivée et a tenté de l’arrêter, elle a eu une nouvelle crise. Sa famille l’a emmenée à l’hôpital, et la police les a suivis. Voyant qu’elle se débattait toujours et s’évanouissait souvent à l’hôpital, la police a renoncé à l’arrêter.

Deuxième séjour en camp de travaux forcés

Le 25 avril 2008, huit policiers ont arrêté Mme Ji alors qu’elle revenait de chez sa belle-mère. Elle a fait une crise cardiaque, qui a déclenché une crise d’épilepsie, et elle a perdu connaissance. Les policiers ont ensuite confisqué un téléphone portable ainsi que des livres et des documents sur le Falun Gong avant de l’emmener au centre de détention local. Ils l’ont laissée sur le sol froid en ciment.

Le médecin du centre de détention l’a traitée par acupuncture, mais il l’a piquée sur le dessus de la tête et sur la plante des pieds jusqu’à ce qu’elle saigne. Mme Ji a continué à souffrir de spasmes après son traitement. Par frustration, elle a frappé ses mains contre le sol à plusieurs reprises, ce qui lui a causé des bleus et des gonflements. Le médecin l’a accusée de simuler son état et lui a dit : « Il ne sert à rien de faire semblant. Vous l’avez déjà fait plusieurs fois et nous vous emmenons de toute façon au camp de travaux forcés. »

Les spasmes de Mme Ji ont duré toute la nuit, mais personne ne s’est occupé d’elle. Deux détenues se sont relayées pour s’asseoir sur ses bras pour les maintenir immobiles et l’ont parfois giflée sur la bouche.

Lorsque la police l’a interrogée plus tard, les spasmes l’ont poussée à se frapper la tête contre le mur. Les agents ont répondu en lui attrapant les cheveux et en lui fracassant la tête contre le mur. Deux détenues l’ont ensuite traînée dehors pour prendre des photos d’elle. Elle a perdu connaissance lorsqu’elle a été traînée dehors. Ses orteils ont saigné et ses poignets ont été profondément coupés par les menottes, laissant une cicatrice permanente.

Une détenue l’a giflée si fort que son visage est resté gonflé pendant plus d’un mois. Après avoir repris connaissance, elle a montré ses blessures et a dit au directeur adjoint : « Regardez à quel point ils m’ont battue. » Le directeur lui a répondu simplement : « Ne vous y attardez pas. »

Mme Ji est restée dans le centre de détention pendant six jours. Elle n’a rien bu ni mangé. La police l’a gavée jusqu’à ce qu’elle s’étouffe et vomisse tout ce qu’elle avait mangé. Elle était couverte d’ecchymoses et de cicatrices, qui n’ont disparu qu’un mois plus tard.

Le 30 avril 2008, Mme Ji a été emmenée au camp de travaux forcés pour femmes de Hohhot. Comme les gardiens du centre de détention avaient peur que le camp de travail refuse de l’admettre, ils ont écrit sur le formulaire médical de Mme Ji qu’elle était en bonne santé. Lorsque le camp de travail a demandé ce qui lui était arrivé, les gardiens ont répondu que c’était parce que Mme Ji avait fait une grève de la faim.

Mme Ji était incapable de prendre soin d’elle au camp de travail. Les gardiens ont demandé à un médecin de la mettre sous perfusion, mais Mme Ji a refusé. Elle a fait une crise d’épilepsie lorsque le médecin l’a frappée. Les gardiens ont ensuite demandé à une détenue d’asperger Mme Ji d’eau froide à plusieurs reprises, ce qui l’a presque étouffée.

Les gardiens ont ordonné à une détenue de mélanger un médicament inconnu à la nourriture de Mme Ji. Celle-ci l’a jetée, car elle avait un goût amer.

Mme Ji a fait deux crises cardiaques et a été transportée chaque fois au premier hôpital de la ville de Hohhot. Les gardiens ont demandé aux détenues de gaver Mme Ji et de la torturer. Plus tard, lorsque le médecin n’a plus pu détecter sa tension artérielle, il a dit aux gardiens que Mme Ji était mourante.

Le médecin a émis un avis d’état critique pour Mme Ji et l’a maintenue sous oxygène. Lorsqu’elle s’est légèrement rétablie, elle a été ramenée au camp de travail, avant d’être à nouveau hospitalisée peu de temps après. Comme elle recrachait tout ce qu’elle mangeait, trois détenues l’ont gavée. Si elle refusait, elles s’asseyaient sur elle et la gavaient, ce qui la faisait s’évanouir.

La détenue Liu Aiping, qui était chargée de surveiller Mme Ji, a cessé de la torturer lorsqu’elle a vu ses symptômes réapparaître. Les gardiens lui ont alors ordonné d’asperger Mme Ji d’eau froide.

Une fois, Mme Ji était en train de boire une soupe lorsque le chef de l’hôpital lui a demandé de boire du glucose. Comme elle ne le faisait pas, le chef l’a menacée : « C’est un hôpital. Nous avons toutes sortes de moyens de te torturer. Si tu meurs à l’hôpital, ta famille ne saura jamais la raison de ta mort ! »

Le chef a mis Mme Ji sous perfusion et Mme Ji a commencé à avoir de violents spasmes au bout de quelques minutes. Après que le détenu qui la surveillait a dit au chef, pour la deuxième fois, que Mme Ji était en danger, celui-ci a pris sa tension artérielle et a demandé à la détenue de retirer sa perfusion.

Les détenues sont devenues de plus en plus effrontées en torturant Mme Ji, la poussant à plusieurs reprises au seuil de la mort. On lui a diagnostiqué une maladie cardiaque, une maladie de la vésicule biliaire et d’autres maladies. Lorsqu’elle était aux portes de la mort, les autorités ont appelé sa famille pour qu’elle vienne la chercher à l’hôpital. Sa famille a été contrainte de payer toutes ses factures médicales.

De nouveau harcelée

Le 7 mai 2020, plus de dix policiers se sont rendus au domicile de Mme Ji et ont essayé d’ouvrir sa porte à l’aide de la clé qu’ils lui avaient confisquée en 2008. Mme Ji a cru qu’il s’agissait de ses enfants et est allée ouvrir la porte. Lorsqu’elle a vu les policiers par le judas, elle a rapidement verrouillé la porte. Ils ont sonné deux fois à la porte et ont menacé de revenir.

Les agents du comité de quartier et du Bureau 610 ont continué à harceler Mme Ji. Ils l’ont de nouveau appelée en juillet 2021.

Demande de passeport refusée

Les deux fils et belles-filles de Mme Ji ont émigré aux États-Unis. Comme son petit-fils aîné était trop jeune, son fils a laissé l’enfant avec elle en Chine. Lorsque le garçon a eu six ans en 2017, Mme Ji a voulu l’emmener aux États-Unis et est allée demander un passeport. La police lui a d’abord dit que la demande était approuvée et l’a renvoyée chez elle. L’agent de l’immigration l’a ensuite appelée et lui a dit que le passeport ne pouvait pas être remis en raison de problèmes techniques.

Plus tard, le fils cadet de Mme Ji lui a demandé de venir aux États-Unis pour la naissance de son enfant. Elle s’est rendue plusieurs fois au service de police pour demander un passeport, mais n’a jamais été autorisée à rencontrer un agent.

Mme Ji a finalement obtenu les coordonnées de deux agents et les a appelés. Ils ont encore refusé sa demande de passeport et ont menacé de lui infliger une amende si elle leur parlait à nouveau du Falun Gong.

Maison saccagée

Mme Hu Guizhi, âgée de 76 ans, une amie de Mme Ji, s’est disputée avec son mari et son fils. Sa fille est allée voir Mme Ji le 7 septembre 2021 et lui a demandé de les aider.

Le lendemain, le mari de Mme Hu a emmené sa femme au domicile de Mme Ji. Elle a soudainement développé un grave problème de santé et est décédée au domicile de Mme Ji le lendemain. Son mari a nié avoir emmené sa femme chez elle et a accusé Mme Ji d’avoir causé sa mort.

La famille de Mme Hu a condamné Mme Ji et l’a signalée à la police.

Les agents du poste de police du faubourg de Lindong ont mis à sac le domicile de Mme Ji. Ils ont confisqué une photo du fondateur du Falun Gong, plus de 100 livres sur le Falun Gong, plusieurs lecteurs multimédias, un lecteur MP3, des autocollants, des billets de banque sur lesquels étaient imprimés des faits sur le Falun Gong (une façon créative de surmonter la stricte censure de l’information en Chine), environ 1000 yuans en espèces, plus de 40 clés USB et un coffre-fort.

La carte d’identité de Mme Ji, la carte de salaire de son mari, six livrets bancaires contenant environ 28 000 yuans, plus de 10 000 yuans en espèces, des pièces commémoratives de la réunification de Hong Kong et un collier que son fils lui avait envoyé de l’étranger ont également été confisqués.

Incapable de supporter le choc, Mme Ji a eu une nouvelle crise et ne pouvait plus parler. Elle a essayé d’empêcher la police de saccager son domicile, mais n’y est pas parvenue. La police l’a également filmée et a remis l’enregistrement au poste de police.

La police a également tenté d’arrêter Mme Ji, mais a renoncé en raison de son état cardiaque.

Voir aussi :

Faits concernant la persécution de Mme Ji Yunzhi dans la Région Autonome de Mongolie Intérieure

(D’autres articles connexes sont disponibles dans la version anglaise.)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais