(Minghui.org) Alors que Mme Zhang Qiaolei a secrètement été emmenée en prison pour purger une peine en raison de sa croyance dans le Falun Gong, sa sœur et sa fille risquent d’être jugées pour avoir demandé justice en sa faveur.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle ancestrale que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

Mme Zhang, une habitante du district de Tonghua, province du Jilin, a été arrêtée le 27 février 2020 pour avoir posé des affiches d’information sur le Falun Gong. Bien qu’on l’ait libérée le lendemain après avoir payé une caution de 3000 yuans, la police l’a ramenée en détention le 9 décembre.

Quelques jours plus tard, Zhu Wenxi, du Bureau de la sécurité intérieure du district de Tonghua, a envoyé le dossier de Mme Zhang au parquet du district de Tonghua. Le procureur Li Zongyuan a approuvé son arrestation le 18 décembre.

Dans les semaines qui ont suivi la deuxième arrestation de Mme Zhang, sa fille, Mme Wang Meiqi et ses deux sœurs aînées, Mme Zhang Qiaoyun et Mme Zhang Qiaoxiu, se sont rendues dans diverses agences gouvernementales pour demander sa libération, mais on les a humiliées et menacées.

Le 21 décembre, lorsque les trois femmes se sont rendues au poste de police du district de Tonghua à la demande de l’agent de police Zhu pour récupérer l’autorisation d’arrestation de Mme Zhang, la police les a arrêtées sous prétexte qu’elles « perturbaient l’ordre social ».

Mme Wang et Mme Zhang Qiaoxiu Zhang ont été toutes deux condamnées à quinze jours de détention et Mme Zhang Qiaoyun à treize jours de détention.

Comme Mme Wang, qui est en dernière année d’université, devait passer l’examen d’entrée à l’école supérieure entre le 26 et le 27 décembre, elle a dû demander une permission spéciale pour passer les examens et revenir ensuite pour finir de purger sa peine de détention.

L’affaire de sa mère a été transférée au parquet du district de Liuhe le 3 février et le procureur Lan Xing a été chargé de s’occuper de son dossier.

Lorsque le 8 mars 2021, la famille de Mme Zhang Qiaolei a appelé Jiang Meichen, un greffier du tribunal du district de Liuhe, pour s’enquérir de son cas, on leur a répondu qu’une audience avait été programmée pour le 16 mars. Jiang a refusé de donner plus d’informations et a raccroché le téléphone.

Le jour de l’audience, le juge Lu Xu a menti à la famille de Mme Zhang en affirmant que l’audience avait été reportée, alors qu’en réalité il a tenu la séance en secret à la même heure.

Mme Zhang a été condamnée plus tard à une peine inconnue. Elle a fait appel à la Cour intermédiaire de la ville de Tonghua le 15 avril.

Le soir du 19 avril, sa fille a été de nouveau arrêtée à son domicile à l’Université normale du Jilin pour avoir persisté dans ses efforts pour demander justice pour sa mère. Le lendemain, ses deux tantes ont été arrêtées dès qu’elles ont quitté leur domicile. Les agents du Département de police du district de Liuhe les ont interrogées toutes les trois au sujet des détails de leurs plaintes contre les organismes responsables de la persécution de Mme Zhang Qiaolei.

Alors que Mme Zhang Qiaoyun a été libérée dans l’après-midi du 20 avril, Mme Zhang Qiaoxiu et Mme Wang ont été maintenues en détention. Le parquet du district de Liuhe a approuvé leur arrestation le 26 mai. Après avoir été inculpées, elles sont actuellement jugées par le tribunal du district de Liuhe.

Mme Zhang Qiaolei a été transférée secrètement à la prison pour femmes de la province du Jilin entre la mi-août et septembre 2021. Lorsque sa famille a appelé la prison pour savoir si elle était là, les gardiens qui ont répondu à l’appel ont tourné autour du pot ou n’ont pas répondu à la question.

Voir aussi :

Les sœurs et la fille dune pratiquante de Falun Gong incarcérée ont été arrêtées deux fois pour avoir demandé sa libération

Un tribunal du Jilin tient une audience secrète pour une pratiquante de Falun Gong et empêche sa fille de la représenter

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais