(Minghui.org) L’épouse d’un homme malade purgeant une peine de huit ans et demi de prison pour sa croyance dans le Falun Gong a travaillé sans relâche au cours de l’année écoulée pour obtenir sa libération pour raisons médicales. La plainte administrative qu’elle a déposée contre les autorités pour rétention d’informations sur son mari a été entendue par le tribunal local le 8 décembre 2021.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline méditative et spirituelle ancestrale que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

M. Han Junde, de la ville de Baoding dans la province du Hebei, a été arrêté avec deux autres pratiquantes, Mme Sun Liying et Mme Li Yanqiu, le 30 août 2019, pour avoir fabriqué des calebasses sculptées avec le principe du Falun Gong, « Authenticité-Bienveillance-Tolérance ». Ils ont été condamnés à des peines de prison le 26 février 2020 par le tribunal du district de Gaoyang. M. Han a été condamné à huit ans et demi de prison et à une amende de 10 000 yuans. Mmes Sun et Li ont été condamnées chacune à huit ans et à une amende de 8000 yuans.

M. Han a fait appel auprès de la cour intermédiaire de la ville de Baoding. Sa femme, Mme Fu Gui, a envoyé des lettres d’appel au parquet local, au Congrès du peuple, au bureau d’appel et aux organismes disciplinaires, relatant les faits liés à la persécution du Falun Gong et demandant la libération de son mari.

Après que la cour intermédiaire a décidé de maintenir son verdict initial, Mme Fu a été convoquée par la police pour atteinte à l’ordre public, promotion du Falun Gong et entrave au fonctionnement normal du gouvernement. Elle a été condamnée à sept jours de détention administrative (qui n’ont pas été appliqués) et à une amende de 300 yuans.

Après deux ans dans la prison no 5 de Jidong, M. Han a développé une anémie sévère. Il est aveugle d’un œil et doit se déplacer en fauteuil roulant dans la prison. Malgré son état, les gardiens refusent de lui accorder des visites de sa famille ou tout autre contact, sous prétexte qu’il a refusé de plaider coupable ou de renoncer au Falun Gong. On lui a également refusé la libération pour raisons médicales, bien que le médecin ait évalué son état et déterminé qu’il était éligible.

Depuis mars 2021, la famille de M. Han demande instamment à la prison de lui donner un traitement médical. Elle a proposé de payer les frais médicaux à condition que la prison communique en temps voulu sur sa situation. La prison a pris l’argent, mais a refusé d’informer la famille de son état ou de permettre à M. Han de les contacter. Lorsque Mme Fu s’est rendue à la prison pour s’enquérir de l’état de santé de M. Han et demander à le voir le 26 avril, Huang Liansheng, le directeur de la prison, l’a intimidée.

Mme Fu a déclaré que la prison avait l’habitude de maltraiter les pratiquants de Falun Gong. En 2015, une pratiquante nommée Dong Hanjie, âgée d’une cinquantaine d’années et également originaire de Baoding, est morte deux mois après avoir été admise à la prison. Un autre pratiquant, M. Cao Jinxing, âgé de 60 ans, est mort dans la prison en mai 2020. Elle a dit qu’elle n’osait pas imaginer ce que les gardiens pouvaient faire à M. Han.

Le 25 juin, la prison a informé Mme Fu qu’elle avait lancé un processus d’examen de sa demande de libération pour raisons médicales. Mme Fu a appris en juillet que la demande avait été soumise au bureau de la justice de Baoding. Début août, le bureau a renvoyé le dossier à la prison, au motif que celle-ci n’avait pas fourni tous les documents requis. Lorsque Mme Fu a contacté le bureau à la mi-août, celui-ci a affirmé que le bureau de la justice du district de Jingxiu s’occupait en fait du dossier et qu’elle devait le contacter pour toute question.

La prison a appelé Mme Fu le 20 août, lui disant que même si M. Han était admissible à une libération pour raisons médicales, il n’y avait aucun moyen pour eux de le libérer s’il refusait toujours de renoncer au Falun Gong. Ils ont dit qu’ils avaient reçu des instructions de leurs supérieurs selon lesquelles même si M. Han avait une urgence médicale, tant qu’il ne renonçait pas au Falun Gong, la prison ne serait pas tenue responsable – ce serait sa propre faute de ne pas avoir renoncé au Falun Gong.

La prison a envoyé les documents requis au bureau de la justice du district de Jingxiu le 23 août. Le bureau a ensuite appelé Mme Fu et lui a demandé si M. Han avait renoncé au Falun Gong.

Le bureau de la justice du district de Jingxiu a exprimé son intention de refuser sa libération pour raisons médicales, affirmant que Mme Fu pourrait avoir une influence négative sur la « transformation » de M. Han. Ils ont également déclaré que son comité de quartier leur avait dit qu’elle ne vivait pas dans sa propre maison. Mme Fu a fait valoir qu’elle vit maintenant chez sa fille, car il n’est pas pratique de vivre seule. Elle a demandé ce que cela avait à voir avec la demande de libération médicale de M. Han.

Mme Fu a envoyé une demande au bureau de l’administration pénitentiaire de la province du Hebei le 30 août, les exhortant à protéger la sécurité de M. Han. Elle a déclaré que sa libération pour raisons médicales devait dépendre de son état physique. L’article 7 de la loi sur les prisons indique clairement que M. Han a le droit de plaider non coupable et que ce droit doit être protégé. La prison n’était pas en mesure de le forcer à plaider coupable et il était illégal pour elle d’accorder ou de refuser sa libération médicale en fonction du fait qu’il abandonne ou non le Falun Gong.

Mme Fu a également déposé une plainte auprès du ministère de la Justice de la province du Hebei le 11 novembre 2021, accusant le bureau de la justice du district de Jingxiu et son directeur, Xie, de retarder la libération médicale de M. Han et de mettre sa vie en danger.

Mme Fu a envoyé plusieurs demandes au poste de police de la ville de Baoding, leur demandant de divulguer des informations sur la santé de M. Han pendant son séjour au centre de détention de la ville de Baoding. En juin, la police a déclaré qu’elle n’était pas en charge de ces informations. Mme Fu a déposé une requête administrative auprès du gouvernement de la ville de Baoding afin de réexaminer l’affaire, mais celle-ci a également été rejetée.

Elle a alors déposé une plainte administrative contre le poste de police de la ville de Baoding et le gouvernement de la ville de Baoding. L’affaire, portant le numéro 289, a finalement été portée devant le tribunal de la ville de Gaobeidian.

Le tribunal de la ville de Gaobeidian a tenu une audience sur la plainte le 8 décembre. Les policiers Chen Minghui et Zheng Xia ont assisté à l’audience, ainsi que Dou Yueling et l’avocat An Ziran du cabinet Dagong, qui représentait le gouvernement de la ville de Baoding.

Après avoir couru partout pendant un an pour déposer des plaintes et des demandes, Mme Fu a dépensé une grande partie de ses économies. La pension de M. Han ayant été suspendue et les autorités lui ordonnant de restituer l’année de pension qu’il avait reçue avant la suspension, elle n’avait pas les moyens d’engager un avocat et a plaidé elle-même.

L’audience a duré moins d’une heure. Mme Fu a présenté sa déclaration de défense à la demande du juge Yan. Elle a exigé l’enregistrement vidéo et audio de l’audience, mais le juge ne l’a pas mis à sa disposition.

Après une année d’efforts ininterrompus pour obtenir justice pour M. Han, Mme Fu, âgée de 70 ans, a perdu plus de 13 kg et ses cheveux sont devenus complètement gris. Elle a dit un jour à sa famille que, tant que M. Han serait détenu, elle ne cesserait de demander justice pour lui.

Voir aussi :

Huit personnes arrêtées en une journée : une décédée, une autre en attente de jugement, deux déplacées et trois condamnées

Un homme âgé s’est vu refuser de communiquer avec sa famille, sa femme n’a pas été autorisée à lui rendre visite en prison

Lépouse dun pratiquant de Falun Gong emprisonné a été condamnée à la détention administrative pour avoir envoyé des lettres pour demander justice pour lui

Trois habitants du Hebei condamnés pour avoir sensibilisé les gens à leur croyance

(D’autres articles connexes sont disponibles dans la version chinoise.)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais