(Minghui.org) Le 18e Fahui de Minghui organisé par le site web Minghui s’est achevé avec succès le 21 novembre 2021. Près de 40 articles ont été traduits dans différentes langues, notamment en anglais, allemand et français.

Les pratiquants en Chine continuent à cultiver et pratiquer sérieusement et à aider le Maître à sauver les êtres – en dépit d’un environnement sévère et difficile. Leurs expériences de cultivation montrent à quel point ils chérissent les êtres, ainsi que la sagesse et la compassion qu’ils ont acquises après avoir abandonné l’ego. Les pratiquants de Dafa d’Allemagne et d’Autriche ont été profondément émus et encouragés par ces articles. Ils sont désormais encore plus déterminés à sauver les gens de manière digne.

Les expériences de cultivation des pratiquants dans les régions rurales de Chine constituent une excellente référence

Johannes, un pratiquant d’Allemagne, a réalisé de grandes choses dans la recherche et le développement. Dans le domaine de l’électronique, il a développé la batterie et la mobilité électrique et possède de nombreuses inventions et brevets. Il a écrit : « Je vis près de la frontière entre l’Allemagne et l’Autriche, loin des autres pratiquants. C’était merveilleux de lire les articles de partage de cultivation des pratiquants sur le site Minghui de langue allemande. »

« J’ai hâte d’aller sur Minghui tous les après-midis après le déjeuner et de lire les récents articles du monde entier qui ont été publiés sur le site. Chaque article m’aide à progresser dans la cultivation. »

« J’attends avec impatience le Fahui de Minghui chaque année. Les partages sincères m’ont ouvert le cœur au cours des cinq dernières années. Je suis particulièrement ému de voir les pratiquants en Chine pratiquer avec diligence malgré des circonstances aussi difficiles. »

Les expériences de l’auteur dans l’article « Mon entourage bénéficie de ma pratique du Falun Dafa » ont touché une corde sensible chez Johannes.

Johannes a dit : « Cela fait cinq ans que je vis dans ce petit village où tout le monde se connaît. Tous les villageois me connaissent et ils m’observent, moi qui suis un nouveau venu. Les gens dans les petits villages aiment aussi faire des commérages sur les autres. Comme je présente le Falun Dafa aux habitants, il est également important de leur donner une bonne impression par mon comportement droit. »

« J’ai souvent l’impression de marcher sur des œufs et je m’inquiète de ne pas avoir été à la hauteur », a poursuivi Johannes. « J’ai vu que cette pratiquante en Chine a été confrontée à la même situation et cela m’a aidé à comprendre la cultivation et à sauver les gens. J’ai découvert que j’ai encore beaucoup d’attachements, comme la gêne et la peur, dont je dois me débarrasser. J’ai souvent recours à la logique humaine, à la science et à des astuces mesquines pour gérer les choses. J’ai vu ce qui me manquait grâce à l’histoire de cette pratiquante. Je dois utiliser la sagesse pour aider les villageois qui souffrent de maladies. »

Il a également été touché par l’article « Les expériences incroyables d’un professeur d’université en prison ». Il a déclaré : « Il m’est difficile d’imiter la compassion et la tolérance dont fait preuve le pratiquant envers les gardiens de prison et les détenus. Toute ma vie, j’ai pris l’habitude d’éviter les conflits et de me cacher dans un coin. Je veux être seul, sans problèmes. Par conséquent, j’ai besoin des autres pour m’aider à résoudre et à gérer un grand nombre de mes problèmes. Les actes de ce pratiquant en prison m’ont fait voir clairement le pouvoir infini de la bienveillance et de la tolérance. J’ai vu l’écart entre moi et ce pratiquant, et cela m’a aidé à comprendre où je devais m’améliorer. »

Il a ajouté quelques observations : « La lecture quotidienne des articles publiés sur Minghui, en particulier les articles sur les pratiquants détenus en prison pour avoir refusé d’abandonner leur croyance, est devenue un aspect important de ma cultivation. Je me sens extrêmement chanceux de pouvoir recevoir de telles nouvelles. Je pense souvent à la façon dont je réagirais si je faisais face aux mêmes circonstances décrites dans les articles. J’évalue la profondeur de ma foi en Dafa. Pourrais-je passer les épreuves auxquelles les pratiquants en Chine ont été soumis ? Ai-je une croyance aussi forte que ces pratiquants, ceux qui m’ont donné du courage ? »

« J’ai également appris à mieux faire et à être plus courageux en clarifiant la vérité aux personnes que je rencontre dans ma vie quotidienne. Je suis reconnaissant aux pratiquants de partager leurs histoires de cultivation et j’ai beaucoup appris d’eux. »

Que les pratiquants en Chine partagent leur compréhension m’a aidée à surmonter les tribulations

Hermine, 65 ans, est une pratiquante qui vit en Autriche. Elle a été touchée par l’article « Abandonner le ressentiment et accomplir mon vœu » : « Cet article m’a aidée à résoudre mon conflit avec les membres de ma famille. »

Hermine avait une vision de la maladie différente de celle de son fils et de sa belle-fille après avoir commencé à cultiver. Sa belle-fille travaille pour la Croix-Rouge et s’est montrée têtue dans son opinion. Cela a provoqué un désaccord entre Hermine et elle. Elle a déclaré : « Dans le passé, j’ai toujours pensé que mon fils comprenait ce que je ressentais. J’ai même pensé que lui et mon petit-fils deviendraient également des pratiquants lorsque j’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa. Puis, j’ai réalisé plus tard que les choses ne se passaient pas comme ça. Nous avions des points de vue très différents et nous nous disputions souvent. »

« L’auteur de cet article est une mère célibataire. Ce que j’ai traversé est insignifiant comparé à son expérience. J’ai compris que je devais étudier davantage le Fa quand j’ai vu à quel point elle a pu se détacher d’une grande injustice. »

En étudiant le Fa, Hermine a dit : « Je peux sentir que le Maître m’aide. Je suis trop attachée au qing et j’ai rendu les choses difficiles pour ma famille. Je sais que je dois abandonner mes émotions. »

C’est plus facile à dire qu’à faire. Hermine a rencontré des difficultés en mettant la théorie en pratique. « Je me rappelle sans cesse d’abandonner ma sentimentalité pour ma famille et j’émets la pensée droite pour l’éliminer, mais je ne peux m’empêcher de penser à leurs défauts de temps en temps et d’éprouver du ressentiment. Je me suis souvenue des expériences de la pratiquante. Non seulement elle a pu abandonner l’hostilité qu’elle avait envers les membres de sa famille, mais elle leur a expliqué les faits concernant Dafa et les a sauvés. J’ai réalisé que je devais traiter les gens qui m’entourent avec plus de bienveillance. »

Progressivement, Hermine a appris à se calmer. Sa transformation a changé son environnement. Elle a dit : « Il n’y a pas longtemps, j’ai parlé à mon fils au téléphone. J’étais sereine. Il est devenu une personne différente. Son ton et ses manières étaient bien meilleurs. »

Éliminer le qing en lisant les articles des pratiquants

Karin, une pratiquante allemande qui a 77 ans cette année, est une grand-mère aimante aux yeux de ses trois petits-fils. Elle a éprouvé de l’empathie pour l’auteur de l’article « Je suis seulement le chemin que le Maître a arrangé pour moi » : « L’auteur a mon âge et est également grand-mère. Je suis ravie de lire l’histoire d’une pratiquante en Chine qui partage le même contexte familial que moi. J’ai été émue aux larmes à plusieurs reprises en lisant cette histoire. »

Karin a trouvé très bénéfique de lire comment la pratiquante a trouvé un équilibre entre les relations familiales et le fait de bien faire les trois choses. Elle s’est souvenue d’une expérience qu’elle a vécue en s’occupant de ses petits-enfants il n’y a pas si longtemps. « Je ne faisais pas les trois choses avec diligence à ce moment-là. Les pratiquants du groupe d’étude du Fa me l’ont rappelé aussi, mais j’étais trop prise par les sentiments. J’ai alors pensé à cet article et j’ai réfléchi sur moi-même. » Elle a découvert que la pratiquante en Chine était désintéressée en gérant sa relation avec les membres de sa famille. Elle-même était au contraire émotionnellement attachée à sa famille.

Karin a commencé à se rappeler d’abandonner ses sentiments. « Ce n’était pas facile au début. Je suis reconnaissante à cette pratiquante de m’avoir montré comment elle a fait. Maintenant, je m’entends bien avec ma famille, y compris mes petits-enfants, et nous vivons harmonieusement. Je suis capable de gérer les choses de manière rationnelle. »

Voir la puissance de Dafa se manifester chez d’autres pratiquants

Detlef, qui travaille dans l’informatique en Allemagne, a déclaré : « J’ai été ému par la tranquillité qui se dégageait des mots après avoir lu quatre à cinq articles. Les pratiquants sont confrontés au danger dans un environnement tel que celui de la Chine. Ils avancent courageusement et s’entraident pour surmonter les tribulations. C’est étonnant. Chaque fois que je lis comment les pratiquants en Chine surmontent divers défis pour sauver les êtres, je suis vraiment touché. »

« Je n’ai pas l’impression que ces pratiquants en Chine vivent dans un pays qui les persécute, ils sont tellement calmes. Cela m’a laissé une impression durable. Je peux aussi sentir que leur environnement n’est pas toujours hostile. J’ai réalisé que je devais regarder en moi et bien me cultiver pendant la pandémie. »

Reconnaissante envers les pratiquants en Chine de nous réunir

Natalie, qui vit dans le centre de l’Allemagne, a déclaré qu’elle vivait dans une ville où il y a de nombreux pratiquants originaires de Chine. Cependant, ce sont surtout les pratiquants occidentaux qui partagent des histoires de cultivation lors des groupes d’étude du Fa. Parfois, elle trouve cela dommage car les pratiquants occidentaux auraient pu apprendre beaucoup des pratiquants chinois.

Elle a déclaré : « Je chéris les histoires que les pratiquants en Chine ont pris le temps d’écrire. La lecture de « Chérir notre affinité prédestinée avec les autres pratiquants » m’a aidée à réaliser qu’en tant que pratiquants, nous devrions être proches les uns des autres. Nous – pratiquants occidentaux et chinois – sommes liés par notre mission sacrée. Nous sommes comme de vieux amis qui se connaissent depuis des milliers d’années. Nous sommes nés sur terre au cours de cette vie pour aider le Maître à sauver les êtres. Après avoir lu cet article, j’ai ressenti un lien fort avec les autres pratiquants lors de nos activités de clarification de la vérité. C’est comme si nous étions une grande famille. Tout le monde se fait confiance et s’entraide, formant ainsi un champ puissant et vertueux. Je remercie les pratiquants de Chine du fond du cœur. »

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais