(Minghui.org) Sept habitants de la ville de Daqing, dans la province du Heilongjiang, ont été condamnés à la prison le 17 novembre 2021, pour leur croyance dans le Falun Gong, une discipline méditative et spirituelle également connue sous le nom de Falun Dafa, qui est persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999.

M. Li Lizhuang a été condamné à une peine de dix ans et huit mois et à une amende de 80 000 yuans.

Mme Tang Zhuyin a été condamnée à une peine de neuf ans et quatre mois et à une amende de 50 000 yuans.

Mme Zhao Lihua a été condamnée à une peine de sept ans et cinq mois et à une amende de 40 000 yuans.

Mme Huo Xiaohui a été condamnée à une peine de sept ans et trois mois et à une amende de 40 000 yuans.

Mme Ding Yan a été condamnée à une peine de quatre ans et deux mois et à une amende de 30 000 yuans.

Mme Jiao Qihua a été condamnée à une peine de quatre ans et à 30 000 yuans d’amende.

Mme Li Yanqing a été condamnée à une peine d’un an et dix mois et à une amende de 20 000 yuans.

M. Li, Mme Tang et Mme Huo ont fait appel de ces verdicts.

Ont participé à leur condamnation les procureurs Zhao Yansong et Feng Guang du parquet du district de Ranghulu, le juge président Xue Qiang, les juges Cheng Li et Zhang Xiyan, et le greffier Chen Shuai du tribunal du district de Ranghulu.

Les sept pratiquants ont été arrêtés les 7 et 8 avril 2020 pour avoir passé des appels téléphoniques au public sur la façon dont le régime communiste a couvert la pandémie, ainsi que sur la façon dont les patients atteints du coronavirus se sont rétablis en récitant les phrases de bon augure « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ».

La police les a accusés de faire des appels de propagande et de violer l’article 300 du Code pénal, c’est-à-dire de « saper l’application de la loi avec une organisation sectaire », ce qui est devenu le prétexte standard utilisé par les autorités pour criminaliser les pratiquants de Falun Gong.

Les pratiquants ont comparu devant le tribunal du district de Ranghulu à quatre reprises, les 17 et 29 décembre 2020, et les 22 juin et 21 octobre 2021. Leurs familles ont déposé plusieurs plaintes auprès du gouvernement et du Département de la discipline du district et de la ville contre le procureur Feng et le juge Xue, pour avoir demandé à tort la poursuite de leurs proches. Elles ont également exigé que les autorités remplacent le procureur et le juge chargé de l’affaire. Aucun organisme n’a répondu à leurs plaintes ou à leurs demandes. Le juge Xue a prononcé les verdicts des pratiquants le 17 novembre 2021.

Mme Tang, une septuagénaire retraitée de l’usine de matériaux en platine de Harbin Tungsten, a été arrêtée et incarcérée plusieurs fois au cours des vingt dernières années. Elle a été arrêtée pour la première fois en septembre 1999 pour s’être rendue à Pékin afin de faire appel en faveur du Falun Gong. Les gardes du centre de détention du district de Chaoyang à Pékin l’ont torturée et lui ont versé de l’eau froide sur la tête.

Mme Tang a été condamnée à deux peines de camp de travail, en avril 2001 et en août 2006, pour un total de trois ans et demi. Au camp de travaux forcés de Wanjia, les gardiens lui ont attaché les jambes, l’ont suspendue et lui ont infligé des décharges électriques au niveau de la tête, des bras et des mains avec des matraques électriques. Les blessures de son bras et de sa main gauche ont mis longtemps à guérir. Les gardiens lui ont dit : « C’est un ordre venu d’en haut. Nous ne sommes que leurs outils. Si vous voulez demander justice, vous devez vous adresser à Jiang Zemin (l’ancien dirigeant du régime communiste qui a ordonné les persécutions en 1999). C’est notre travail et nous n’avons pas le choix. »

Mme Tang Zhuyin

M. Li, un ancien chirurgien orthopédique âgé de 48 ans, a été renvoyé de son hôpital et condamné à deux peines de camp de travail et une peine de prison, pour un total de six ans et demi. Il a subi des tortures et des agressions sexuelles effroyables pendant sa détention et a dû vendre des vêtements dans la rue pour gagner sa vie après sa libération.

M. Li Lizhuang

Informations sur les responsables de la persécution :

Bai Jingquan (白景权), président du tribunal du district de Ranghulu : +86-13199099298, +86-13936708080

Ruan Zhihua (阮之华), président du parquet du district de Ranghulu : +86-459-5974999

Feng Guang (封光), procureur au parquet du district de Ranghulu : +86-459-5974007, +86-459-5974201

Xue Qiang (薛强), juge au tribunal du district de Ranghulu : +86-13836990471

(Plus d’informations sur les responsables de la persécution sont disponibles dans l’article original en chinois.)

Voir aussi :

Quatre habitants du Heilongjiang jugés pour leur croyance, les avocats réfutent les fausses accusations contre eux

Une femme de 70 ans encore convalescente après une récente intervention chirurgicale est contrainte dassister à une audience du tribunal

Sept habitants du Heilongjiang jugés pour avoir sensibilisé la population à la persécution religieuse

Autrefois torturé et agressé sexuellement en prison, un chirurgien orthopédique est de nouveau arrêté pour avoir défendu sa croyance

Ville de Harbin, province du Heilongjiang : Les pratiquants de Falun Gong ciblés pour avoir diffusé des informations sur leur croyance

Un médecin poursuit Jiang Zemin pour avoir ruiné sa carrière et lavoir emprisonné pendant des années

(D’autres articles connexes sont disponibles dans les versions anglaise et chinoise.)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais